Covid-19 au Portugal: la participation sera l'un des enjeux de la présidentielle

Election présidentielle au Portugal ce dimanche 24 janvier 2021. Un scrutin marqué par la recrudescence de la pandémie de coronavirus et dont la participation est l'un des enjeux.
Election présidentielle au Portugal ce dimanche 24 janvier 2021. Un scrutin marqué par la recrudescence de la pandémie de coronavirus et dont la participation est l'un des enjeux. AP - Armando Franca
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Ce dimanche 24 janvier, les électeurs portugais se rendent aux urnes pour un scrutin présidentiel a priori sans grand suspens puisque tous les sondages pronostiquent la réélection du président sortant dès ce soir. En pleine pandémie de Covid-19, l'enjeu se situe plutôt ailleurs.

Publicité

Avec notre correspondante à Lisbonne, Marie-Line Darcy

On s’attend effectivement à une abstention record pour cette présidentielle dans laquelle le président sortant, le conservateur Marcelo Rebelo de Sousa est candidat à sa réélection. Le scrutin a été maintenu malgré la gravité de la situation sanitaire et du confinement imposé depuis dix jours.

Impossible de changer la Constitution, en si peu de temps et sous état d’urgence, ce qui est nécessaire pour suspendre un scrutin. Seule concession  à la pandémie : la suspension de l’interdiction de circuler entre les municipalités du pays, beaucoup de Portugais votant encore dans leurs villes et villages d’origine.

Pour rassurer les quelque 10,8 millions d'électeurs, il a fallu multiplier les consignes de sécurité. A Lisbonne les policiers municipaux font respecter les distances entre les électeurs. Ils aspergent les mains avant d’autoriser l’entrée dans les bureaux de vote. Les files s’allongent car il faut du temps pour permettre l’entrée dans les salles de sports ou les écoles ou se déroulent le scrutin.

De nombreux Portugais ont affirmé vouloir se déplacer malgré tout, mais l’affluence apparente pourrait être trompeuse. Les sondages font ressortir une abstention massive, comprise entre 60 et 75 %. Ce qui serait totalement inédit pour une présidentielle portugaise. 

À lire aussi : Au Portugal, le président Rebelo de Sousa brigue un 2e mandat dans un contexte sanitaire difficile

Après les commerces et les restaurants il y a dix jours, le gouvernement a dû se résoudre à fermer les écoles ce vendredi pour quinze jours. De nouveaux records quotidiens de contaminations et de décès ont encore été battus samedi, portant le bilan total depuis le début de la pandémie au-delà du seuil des 10.000 morts. Avec plus 80.000 contagions et près de 1.400 morts au cours de la semaine écoulée, le Portugal est l'un des pays actuellement les plus touchés par la pandémie au regard de sa population.

À lire aussi : Le Portugal va se reconfiner pour endiguer l'épidémie

 

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail