L'Autriche rend le port du masque FFP2 obligatoire dans les commerces et les transports

Un homme portant un masque FFP2 dans le métro de Berlin le 20 janvier (image d'illustration).
Un homme portant un masque FFP2 dans le métro de Berlin le 20 janvier (image d'illustration). © AP - Christoph Soeder
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Alors qu’un troisième confinement est en vigueur jusqu’au 7 février, les Autrichiens doivent à partir de ce lundi porter un masque FFP2 dans les commerces et les transports en commun. La question de leur prix a animé les débats ; le gouvernement a promis qu'ils seraient vendus à prix coûtant dans les supermarchés.

Publicité

Avec notre correspondante à Vienne, Isaure Hiace

Les prix des masque FFP2 ont bel et bien baissé dans les supermarchés : ils sont désormais vendus à 59 centimes, contre 2 à 4 euros il y a encore une semaine. Une bonne nouvelle pour les Autrichiens. « Je trouve que 59 centimes c’est correct ! Cela rend cette mesure judicieuse, car ces masques nous protègent mieux », se réjouit une cliente. « Pour moi ça va, mais je comprends que ce soit trop cher pour beaucoup de gens », explique une autre.

« Je suis favorable à ce que l’État mette gratuitement un certain nombre de masques à disposition de tous. De nombreuses personnes sont au chômage partiel et on peut dire que ça ne fait que 20 euros par mois mais cette somme vient s'ajouter au reste », explique un homme.

Comment expliquer cette forte baisse des prix ? Le gouvernement a certes exonéré ces masques de TVA, mais selon l’économiste de la santé Thomas Czypionka, c’est surtout grâce à l’effort des supermarchés. « Les supermarchés autrichiens accordent beaucoup d'importance à l'opinion publique, c’est pourquoi ils proposent ces masques à un prix très bon marché, en payant même une partie de leur poche. Ça leur permet aussi de se faire de la pub. Mais si cette situation se prolonge, ils ne voudront plus continuer et les pouvoirs publics devront vraisemblablement mettre, à leur tour, la main à la poche », détaille l'économiste. 

Pour les personnes les plus précaires, comme les sans-abri, le gouvernement a promis 11 millions de masques gratuits. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail