Italie: Mario Draghi lance ses consultations avec les forces politiques

Le chemin de Mario Draghi s’annonce comme un parcours d'obstacles.
Le chemin de Mario Draghi s’annonce comme un parcours d'obstacles. POOL/AFP/File

L’ancien numéro un de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, chargé par le président de la République Sergio Mattarella de former un nouveau gouvernement, entamera ses consultations cet après-midi avec les représentants des partis politiques. Son chemin s’annonce comme un parcours d'obstacles. Mais ce technocrate, fin connaisseur du système politique italien, a des atouts pour les surmonter.

Publicité

Avec notre correspondante à Rome, Anne Le Nir

Si l’on en juge les titres de la presse, comme celui d’ Avvenire, prestigieux quotidien catholique, « Draghi cherche les étoiles », il semble que Mario Draghi et ses soutiens déjà assurés, le Parti démocrate et Italia Viva de Matteo Renzi - le démolisseur du gouvernement de Giuseppe Conte - ne sont pas prêts de sabler le champagne.

Refus d'un gouvernement technique

Avant tout parce que la première force politique au Parlement, le Mouvement Cinq étoiles, refuse un gouvernement technique. Sur ce point, selon la Stampa, le célèbre économiste envisagerait une solution pacifiante. Un exécutif formé à 50% de techniciens et à 50% de politiques.

Déjà sur la pente descendante ?

Ensuite, la coalition regroupant les partis de droite et d’extrême droite, dont la Ligue de Matteo Salvini, demande qu’il dévoile ses cartes avant de prendre une décision. Qui, au mieux, serait le choix de l’abstention, lors du vote de confiance au Parlement. Donc, pour le moment, Mario Draghi serait plutôt sur la pente descendante. Mais c’est un homme déterminé qui a une réelle capacité de conviction pour unir les grands partis autour d’un projet de relance, fiable et durable.

À lire aussi : Italie: Mario Draghi accepte de former un gouvernement et appelle à «l'unité»

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail