Covid-19: Von der Leyen aide l'Ukraine à lancer sa campagne de vaccination

Le président Volodymyr Zelensky s'exprime par écrans interposés lors du forum sur les défis posés par la pandémie de Covid-19, à Kiev, le 8 février 2020.
Le président Volodymyr Zelensky s'exprime par écrans interposés lors du forum sur les défis posés par la pandémie de Covid-19, à Kiev, le 8 février 2020. AFP - HANDOUT

À Kiev, la course contre la montre s'intensifie en vue de lancer la campagne de vaccination contre le Covid-19 alors que l'Ukraine pourrait être le dernier pays européen, à l'horizon 2022-2023, à bénéficier d'une vaccination généralisée. Ce lundi matin, la présidente de la Commission européenne, Ursula Von der Leyen, a ainsi demandé aux pays membres de l'UE de donner une partie de leurs vaccins à l'Ukraine. Une annonce qui a été faite lors d'une grande conférence à Kiev, lors de laquelle le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a expliqué la stratégie de vaccination de son pays.  

Publicité

Avec notre correspondant à Kiev,  Stéphane Siohan

Beaucoup d'Ukrainiens s'inquiétaient de son inaction, alors Volodymyr Zelensky, un peu mis dans les cordes, a décidé de passer la surmultipliée. Il a annoncé ce lundi matin que la vaccination en Ukraine allait commencer ce mois-ci et que son objectif était de vacciner la moitié de la population avant la fin de l'année.    

Ces derniers temps, Volodymyr Zelensky s'était agacé des problèmes d'accès aux vaccins trustés par les pays riches. Il a donc accueilli avec satisfaction le discours par écran interposé de la présidente de la Commission européenne Ursula Von der Leyen qui a appelé ses pays membres à fournir des doses gratuites à l'Ukraine, parce que « l'UE est au côté de l'Ukraine, et nous sommes une grande famille européenne ».

Voilà des mots qui vont agir comme une bouffée d'oxygène pour l'exécutif ukrainien, alors qu'il a réussi à sécuriser vendredi dernier 12 millions de doses par le groupe britannique AstraZeneca et le groupe américain Novavax, sachant que Kiev envisage toujours d'acheter entre 2 et 5 millions de vaccins chinois Sinovac.    

Volodymyr Zelensky a également rappelé son refus d'utiliser le vaccin russe Spoutnik V, mettant en avant des doutes sur son efficacité, mais souhaitant surtout éviter un psychodrame national.

► À lire aussi : Ukraine: la vaccination contre le Covid-19, nouveau front dans le conflit avec les territoires pro-russes

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail