Covid-19: l'Union européenne veut muscler la production de vaccins

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, au Parlement européen à Bruxelles, le 10 février 2021.
La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, au Parlement européen à Bruxelles, le 10 février 2021. REUTERS - YVES HERMAN
Texte par : RFI Suivre
6 mn

Lors d'un débat devant le Parlement européen à Bruxelles, mercredi 10 février, Ursula von der Leyen a tenté de justifier les retards dans la campagne vaccinale. La présidente de la Commission européenne a reconnu que la production de masse des vaccins a été sous-estimée. Elle a annoncé la création d'une task force pour accroître la production.

Publicité

Avec notre correspondante à Bruxelles, Joana Hostein

Outre la propagation des variants britannique et sud-africain du Covid-19, les retards de livraison des différents vaccins approuvés est l'autre sujet de crispation en ce moment en Europe. La vaccination peine à accélére dans le continent. Seuls 3% des Européens ont été vaccinés jusqu'à présent, alors qu'à titre de comparaison, 10% des Américains aux États-Unis l'ont été, tandis que le taux de vaccination en Israël s'établit à 10%, note l’eurodéputé belge centriste Frédérique Ries.

Ce sujet a été abordé au Parlement européen à Bruxelles ce mercredi. Et Ursula von der Leyen, après avoir sommé les laboratoires d' « honorer leurs obligations » fin janvier quand les retards s'accumulaient, a admis que l'Union européenne a fait preuve d'excès d'optimisme à ce sujet.

La présidente de la Commission européenne a expliqué que la production a été « sous-estimée », éclipsée par le développement express des vaccins : « Nous étions tous très concentrés sur le développement du vaccin. Nous avons sous-estimé la difficulté liée à la production de masse. Il faut, normalement, cinq à dix ans pour produire un nouveau vaccin. Nous l’avons fait en dix mois ! C’est une grande réussite scientifique, nous devrions en être fiers ! »

► À lire aussi : Covid-19: les vaccinations dans l’UE, entre nouvelles commandes et retards de livraison

« Détecter les problèmes et les résoudre »

« En quelque sorte, la science a dépassé l’industrie », résume-t-elle. Les 27 peinent à se procurer ces nouveaux vaccins car leur production requiert « un processus très complexe ». « Il n’est simplement pas possible de mettre en place ''un site'' de production du jour au lendemain. De plus, ces vaccins intègrent jusqu’à 400 composants, et la production implique jusqu’à 100 entreprises », développe Ursula von der Leyen.

L'Union européenne veut toutefois remédier à cette situation : « Nous avons créé une task force pour accroître la production industrielle des vaccins. L’objectif est de détecter les problèmes et d’aider à les résoudre. L’industrie doit s’adapter au rythme de la science. »

Quelques heures après les déclarations de la dirigeante allemande, les groupes pharmaceutiques AstraZeneca (britannique) et IDT Biologika (allemand) ont annoncé leur association pour produire plus de vaccins pour l'Europe dès le deuxième trimestre 2021. Leur accord prévoit, dans un second temps, temps, d'augmenter les capacités sur un site en Allemagne afin de produire des millions de doses par mois d'ici fin 2022.

Certains parlementaires militent pour la suppression des brevets, afin de produire encore davantage

L'annonce d'Ursula von der Leyen a été saluée par les parlementaires européens, qui demandent davantage de transparence sur le calendrier de livraison de ces vaccins. Seuls trois pays ont, pour l’instant, publié le nombre de doses attendues mensuellement : la France, le Danemark et la Suède.

« Ce n’est pas assez pour regagner la confiance des citoyens » a regretté Pascal Canfin, président de la commission santé au Parlement. Plusieurs parlementaires écologistes et de gauche insistent, enfin, pour supprimer les brevets et produire ainsi des doses partout où cela est possible. 

Réactions des élus européens sur la stratégie vaccinale

et avec AFP

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail