Revue de presse des Balkans

À la Une: Đorđe Balašević, l'adieu au troubadour de la Yougoslavie

Devedesete est le dixième album studio de l'auteur-compositeur-interprète Đorđe Balašević.
Devedesete est le dixième album studio de l'auteur-compositeur-interprète Đorđe Balašević. © Hard Rock Shop – Đorđe Balašević

Publicité

Les larmes, il savait les arracher, et à la nouvelle de sa mort, toute la Yougoslavie s'est mise à pleurer. Đorđe Balašević s'est éteint vendredi 19 février à Novi Sad, en Voïvodine (Serbie). Il avait 67 ans. Ils sont venus par milliers de toute la Serbie, mais aussi de Croatie, de Bosnie-Herzégovine, de Macédoine du Nord, du Monténégro ou de Slovénie. Novi Sad s'est embrasé lundi soir en l'honneur de Đorđe Balašević. Comme un ultime hommage à Yougoslavie que le chanteur avait tant aimé. Les hommages se multiplient en Serbie, en Bosnie-Herzégovine, en Croatie, au Monténégro... Disséminés dans l'espace yougoslave, les membres de la rédaction du Courrier des Balkans ont eux aussi voulu dire un dernier adieu à un artiste cher à leur cœur, et rendre compte de la vague d'émotion qui déferle dans tous les pays de la région.

En deux ans, quinze jeunes proches des milieux criminels liés aux clubs de football serbes ont disparu. Jusqu'à présent, ces disparitions ne semblaient guère inquiéter la police, du moins jusqu'à l'arrestation récente de Veljko Belivuk, le chef du gang des Principi. Les parents ont décidé de témoigner.

Récits

En Albanie, c’est l’histoire du démantèlement d’un cartel de la cocaïne qu’a documenté Balkan Insight. Le cartel assurait le trafic de cocaïne entre l’Amérique latine et l’Europe. Kompania Bello a été démantelé en septembre 2020 après une opération d’Interpol. L’enquête montre comment un Albanais dirigeait cette « fédération criminelle sophistiquée » depuis sa cellule de prison en Équateur.

C'est un témoin privilégié du siècle. Ivan Ivanji a survécu à Buchenwald et est devenu l'interprète de Tito. Journaliste et écrivain, il publie aussi bien en serbe qu'en allemand. À bientôt 92 ans, il a toujours bon pied, bon œil. Et en plus, il en a « marre d'être juif ».

Portrait

Décimés par l’Holocauste et l’exode vers Israël, ils ne sont plus que quelques centaines à Belgrade. Mais les Juifs de la capitale serbe tentent de redonner vie aux chants et prières séfarades, arrivés dans les Balkans à la fin du XVe siècle et qui ont évolué au contact des communautés voisines. Deux histoires à lire dans une série consacrée aux mémoires des Juifs des Balkans.

Athènes, Istanbul, Zagreb, colères étudiantes

Des milliers d'étudiants protestent à travers toute la Turquie depuis la nomination, début janvier, d'un recteur à la botte d'Erdoğan à la tête de l'Université de Boğaziçi, à Istanbul. Après 50 jours de manifestations et de répression, plus de 560 étudiants arrêtés, le mouvement commence à évoquer celui de Gezi, en 2013.

De quoi faire céder Recep Tayyip Erdogan ?

En Grèce, c’est la loin adoptée mi-février par le gouvernement conservateur de Kyriakos Mitsotakis qui a mis le feu aux poudres : elle prévoit la possibilité de déployer des forces de police à l’intérieur des campus universitaires, du jamais-vu en Grèce depuis la sinistre époque de la dictature des colonels (1967-1974). Jeudi 25 février, une trentaine d'étudiants ont comparu devant le Tribunal de Thessalonique. Leur crime ? Avoir manifesté... La violente répression du rassemblement du 22 février fait craindre un précédent.

En Croatie, c’est contre le très conservateur recteur de l’Université de Zagreb que se concentre les critiques. Depuis deux mois, les manifestations se multiplient contre la dérive autoritaire de Damir Boras. Surtout que ce dernier est depuis accusé d'avoir dissimulé une embarrassante affaire d'agression sexuelle, en pleine période #metoo...

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail