La célèbre sandale allemande Birkenstock propulsée sur la planète luxe

Des sandales orthopédiques aux semelles en liège des plus confortables mais d’une élégance relative, le tout surmonté de grosses brides dans des couleurs très terroir : l’image traditionnelle de la chaussure Birkenstock n’a longtemps pas été des plus glamour.
Des sandales orthopédiques aux semelles en liège des plus confortables mais d’une élégance relative, le tout surmonté de grosses brides dans des couleurs très terroir : l’image traditionnelle de la chaussure Birkenstock n’a longtemps pas été des plus glamour. John MACDOUGALL AFP

Elles font partie des chaussures les plus connues au monde et sont un symbole allemand. Les sandales Birkenstock, réputées pour leur confort, ont déjà enregistré dans le passé des succès à l'exportation en Europe et aux États-Unis. Avec la prise de participation majoritaire de fonds proches du géant du luxe français LVMH, c'est le prometteur marché asiatique qui doit permettre à l'avenir d'asseoir un peu plus la réussite de l'entreprise allemande.

Publicité

Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibault

Des sandales orthopédiques aux semelles en liège des plus confortables mais d’une élégance relative, le tout surmonté de grosses brides dans des couleurs très terroir : l’image traditionnelle de la chaussure Birkenstock n’a longtemps pas été des plus glamour. Portées avec des chaussettes et des shorts en été, on les aimait ou on les haïssait. « Les Français se moquaient des Allemands en Birkenstock », écrit un collègue après l’annonce de la prise de contrôle de l’entreprise par des fonds liés au géant du luxe français LVMH.

Il faut dire que depuis vingt ans les sandales ringardes ont opéré une mue et sont devenues branchées. Des stars de la mode comme Kate Moss les ont portées. Elles ont pris des couleurs et Birkenstock a diversifié son offre avec des chaussettes, des ceintures, des sacs et des produits cosmétiques, le tout fabriqué comme depuis 250 ans en Allemagne.

Avec les nouveaux majoritaires, la marque des plus profitables veut conquérir le marché asiatique. Les emplois en Allemagne doivent être garantis et tous les produits seront toujours Made in Germany. La famille Birkenstock l’assure : ses sandales qui se vendent à partir de soixante euros resteront abordables.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail