Espagne: perquisition dans les anciens locaux du géant américain de l’aluminium Alcoa

En juillet 2019, Alcoa vendait les deux usines, d'Aviles et de La Corogne, à un fonds suisse, qui les a ensuite cédées au propriétaire actuel, Grupo Industrial Riesgo.
En juillet 2019, Alcoa vendait les deux usines, d'Aviles et de La Corogne, à un fonds suisse, qui les a ensuite cédées au propriétaire actuel, Grupo Industrial Riesgo. Getty/AFP/File

L'entreprise est soupçonnée de fraude au moment de la vente de ses fonderies aux Espagnols.

Publicité

Une centaine d’agents de la police espagnole antifraude, accompagnés d’inspecteurs du travail, ont mené une perquisition dans les anciens locaux du géant américain de l’aluminium Alcoa à Aviles, dans les Asturies, et à La Corogne en Galice, relate notre correspondante à MadridDiane Cambon.

Le service d'enquête des délits économiques et financiers est à la recherche de preuves pour démontrer s’il y a eu ou pas un délit économique lorsque le géant de l’aluminium a vendu ses fabriques.     

En juillet 2019, Alcoa vendait en effet ces deux usines d'Aviles et de La Corogne à un fonds suisse, qui les a ensuite cédées au propriétaire actuel, Grupo Industrial Riesgo. Le géant américain aurait, selon les syndicats, procédé à une liquidation frauduleuse du patrimoine. Le tribunal de l’Audience nationale a ouvert cette enquête d’envergure à la suite d’une plainte de 20 plaignants, dont des syndicats et une association de commerce.

Alcoa s’est défendu dans un communiqué, assurant que la vente des usines avait été approuvée par le gouvernement et une majorité des salariés et dit coopérer avec les autorités. Lors de la fermeture des trois fonderies du groupe américain, les centaines d’employés affectées par cette décision avaient vivement manifesté leur désaccord.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail