Reportage

Covid-19: les Tchèques très critiques envers le gouvernement sur la gestion de la crise

Le centre de la vieille ville alors que le gouvernement tchèque a imposé de nouvelles restrictions pour freiner la propagation de la maladie à coronavirus, à Prague, le 1er mars 2021.
Le centre de la vieille ville alors que le gouvernement tchèque a imposé de nouvelles restrictions pour freiner la propagation de la maladie à coronavirus, à Prague, le 1er mars 2021. REUTERS - DAVID W CERNY

La République Tchèque est durement touchée par la pandémie actuellement. Les hôpitaux du pays sont surchargés et des patients Covid doivent être transférés à l’étranger, notamment vers l’Allemagne, la Suisse et la Pologne. La gestion de la crise par le gouvernement tchèque est critiquée. Reportage. 

Publicité

Avec notre correspondant à Prague,  Alexis Rosenzweig

L'infirmière Lucie Skodackova travaille en pneumologie dans un hôpital près de la frontière allemande. Dans une vidéo postée par les pompiers locaux, elle raconte comment le coronavirus emporte ses patients : « C'est terrible de devoir rendre aux proches les effets personnels d’un parent auquel ils n’ont pas pu dire adieu et qu’ils espéraient avoir dans leur vie encore au moins vingt ans. »

Pour le ministre de la Santé Jan Blatny, l’assouplissement des mesures de confinement n'est pas à l'ordre du jour : « Nous pourrons envisager un potentiel déconfinement quand le nombre de patients aura baissé de 7 000 actuellement à moins de 3 000. »

Le Premier ministre tchèque a lui-même reconnu des erreurs dans la gestion de la crise. Dans les rues de Prague, les patients sont plutôt d'accord, comme Pavla qui ne sort que pour promener son bébé dans sa poussette. « Selon moi, l'une des plus grosses erreurs a été de tout rouvrir au moment de Noël, le nombre de contaminations n'a cessé d'augmenter depuis. »

Sorti faire son jogging, Lukas regrette que les restrictions ont été souvent trop mesurées et trop tardives. « En plus, la politique s'en est mêlée avec les élections législatives prévues à l'automne prochain. Et ce sont les gens ordinaires qui en souffrent », estime-t-il.

La France a décidé d’envoyer 15 000 doses du vaccin AstraZeneca, tandis que les autorités tchèques ont déjà contacté Moscou et Pékin pour des vaccins chinois et russes.

À lire aussi : Covid-19: la République tchèque se tourne vers le vaccin russe Spoutnik V

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail