[En images] Islande: l’éruption volcanique près de Reykjavík se poursuit

Depuis le 19 mars au soir dans une vallée inhabitée dans le sud-ouest du pays à une quarantaine de la capitale islandaise Reykjavík, une fissure crache de la lave. Les éruptions volcaniques sont plutôt rares dans la péninsule de Reykjanes.
Depuis le 19 mars au soir dans une vallée inhabitée dans le sud-ouest du pays à une quarantaine de la capitale islandaise Reykjavík, une fissure crache de la lave. Les éruptions volcaniques sont plutôt rares dans la péninsule de Reykjanes. AFP - HALLDOR KOLBEINS

Une fissure crache de la lave depuis vendredi soir dans une vallée inhabitée dans le sud-ouest du pays à une quarantaine de la capitale islandaise Reykjavík. Aucun danger pour les populations des villes avoisinantes ni des infrastructures pour l’instant, selon les autorités. L’activité devrait diminuer progressivement pour s’arrêter dans les prochains jours.

Publicité

Avec notre correspondant à Reykjavík, Jérémie Richard

Depuis l’hélicoptère des garde-côtes lors du tout premier survol vendredi soir, Kristín Jónsdóttir a été l’une des premières à observer la dernière création de Mère Nature en Islande: « Il faisait sombre, la visibilité n’était pas très bonne, et il y avait aussi beaucoup de chaleur et d’éclat venant de la lave, donc elle semblait beaucoup plus grande que ce que nous avons finalement réalisé par la suite ; c’était beaucoup plus petit. Mais c’était vraiment impressionnant à voir. »

Chargée de la surveillance des risques naturels à l’Institut météorologique, Kristín Jónsdóttir s’attend à ce que le spectacle très photogénique de ce calme jaillissement de lave en fusion ne s’éternise pas: « Si ça continue comme nous l’observons en ce moment, je pense que le plus probable est que l’éruption diminue, que sa puissance se réduise doucement et qu’elle se termine dans quelques jours seulement. »

Cette éruption marque « une nouvelle ère »

Les éruptions volcaniques, plutôt rares dans la péninsule de Reykjanes où se déroule celle en cours, pourraient bien ne pas le rester. « Cela marque la fin d’une période de sommeil. Et nous entrons dans une nouvelle ère qui peut durer des siècles avec des éruptions à peut-être 10 voire 100 ans d’intervalle », estime le géophysicien Magnús Tumi Guðmundsson. 

La dernière période éruptive dans cette région du sud-ouest de l’Islande il y a presque 800 ans s’était étalée sur trois décennies.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail