Reportage

Russie: le magasin historique Eliseevskii, vestige tsariste, ferme ses portes à Moscou

Une moscovite visite le somptueux magasin historique Eliseevskii, le 2 avril 2021, avant sa fermeture définitive le 11 avril.
Une moscovite visite le somptueux magasin historique Eliseevskii, le 2 avril 2021, avant sa fermeture définitive le 11 avril. © REUTERS/Maxim Shemetov

À Moscou, un des derniers vestiges de la Russie pré-communiste ferme ses portes : le grand magasin d'alimentation Eliseevskii, construit en 1902 sur la prestigieuse avenue Tverskaya, a accueilli dimanche 11 avril ses derniers clients, venus l'immortaliser une dernière fois.

Publicité

Avec notre correspondant à Moscou, Julian Colling

De l'effervescence, des dizaines de clients et les caisses qui résonnent à nouveau : une scène inhabituelle ces dernières semaines à l’épicerie Eliseevskii. Et pour cause : ce dimanche marque le dernier jour d’ouverture du célèbre magasin, après 120 ans de bons et loyaux services.

Nostalgie

Alexandre et sa femme Natalia sont venus en nostalgiques : « On est venus acheter quelques souvenirs ! », explique Natalia. « Bien sûr que cette fermeture est triste et inattendue, poursuit Alexandre. Ça fait même un peu peur de voir que, finalement, tout se perd. J’espère que l’endroit va quand même être conservé en l’état, et qu’on pourra ainsi faire perdurer la tradition. »

Car malgré les étals quasi-entièrement vides, les smartphones se lèvent pour garder en mémoire ce lieux somptueux, à la décoration datant de l’époque tsariste. L’Eliseevskii était une institution pour tous les Moscovites, comme Maria venue avec sa sœur Anna.

« C’est une part importante de l’histoire de Moscou », résume Anna. « Ce magasin a aussi toujours été accessible pour les personnes modestes, malgré son intérieur très chic. On aime beaucoup l’atmosphère ici, alors on est venues en profiter une dernière fois », enchaîne Maria.

Philosophie

Pour les caissières expérimentées du magasin, c’est aussi la fin d’une époque. Irina, 56 ans, le prend avec une philosophie toute russe : « Mes enfants sont en bonne santé, on n’est pas en temps de guerre… Il n’y a pas que l’Eliseevskii dans la vie ! Ce n’est pas si grave. »

Une fermeture aux motivations floues qui a beaucoup fait réagir à Moscou. Mais tout y va très vite et, selon les rumeurs, la fermeture pourrait peut-être encore être annulée prochainement, en cas d’accord de la ville avec un repreneur.

 À lire aussi : Russie: la justice durcit les lois sur les violences domestiques

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail