Rencontre froide entre Ursula von der Leyen et Charles Michel après le «Sofagate»

Le président du Conseil européen, Charles Michel, le président turc Recep Tayyip Erdogan et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, à Ankara, le 6 avril 2021.
Le président du Conseil européen, Charles Michel, le président turc Recep Tayyip Erdogan et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, à Ankara, le 6 avril 2021. © via REUTERS - PRESIDENTIAL PRESS OFFICE

Six jours qu’ils ne s’étaient pas parlé, depuis que le « Sofagate » à Ankara a fait couler beaucoup d’encre. La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a reçu ce lundi en fin d’après-midi le président du Conseil européen Charles Michel. Ce dernier a exprimé « ses profonds regrets » sur l’incident d’Ankara, mais on ne peut pas dire que l’ambiance entre eux deux se soit vraiment améliorée

Publicité

« Je ne permettrai pas qu’une telle situation se reproduise » voilà en résumé, ce qu'a dit Ursula von der Leyen à Charles Michel. Deux heures d’échanges et une réunion hebdomadaire habituelle ont banalisé leurs entourages. Pourtant, il n'y a pas vraiment de doute sur l’ambiance glaciale qui devait régner. Il y a eu cet avertissement très sec de la présidente de la commission et puis il y a aussi ce bras de fer sur la préséance protocolaire qui continue.

« Il faut trouver un modus vivendi » a expliqué le porte-parole de la présidente de la commission. Ses services ont transmis un mémorandum aux collaborateurs de Charles Michel. Un texte en 5 points perçus. C'est un proche du président du conseil européen qui le dit comme autant de conditions qui vont l’affaiblir.

Séance plénière demandée par les eurodéputés

La guerre des entourages continue mais Charles Michel reste le plus abîmé par le « Sofagate ». Plusieurs fois ces derniers jours le président du conseil européen a essayé de redorer son blason. « Je ne suis pas sexiste » a-t-il répété lors d’interviews avec différents médias européens.

Le président du conseil européen n’en a pas fini avec cette affaire, tout comme Ursula von der Leyen, les eurodéputés demandent à l’entendre en séance plénière.

►À lire aussi: «Sofagate» à Ankara: après le couac diplomatique, la Turquie rejette la faute sur l'UE

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail