Covid-19: l’OMS appelle à ne pas céder au triomphalisme

D'après l'OMS, la part des 80 ans dans les décès liés au Covid-19 est tombée à 30%. C'est du jamais-vu depuis le début de la crise. Conséquence, sans doute, des progrès de la vaccination, ici à Marseille le 7 avril 2021.
D'après l'OMS, la part des 80 ans dans les décès liés au Covid-19 est tombée à 30%. C'est du jamais-vu depuis le début de la crise. Conséquence, sans doute, des progrès de la vaccination, ici à Marseille le 7 avril 2021. AP - Daniel Cole

Les signaux de la pandémie sont toujours aussi contradictoires, en tout cas en Europe. D'après l'OMS, la part des 80 ans dans les décès liés au Covid-19 est tombée à 30%. C'est du jamais-vu depuis le début de la crise. Conséquence, sans doute, des progrès de la vaccination. Mais attention à ne pas céder au triomphalisme, prévient l'agence. Tous les indicateurs ne sont pas aussi bons.

Publicité

Avec notre correspondant à Genève, Jérémie Lanche

Chaque semaine, 1,6 million de personnes sont diagnostiquées positives au Covid-19 en Europe. Soit 160 personnes chaque minute. Avec plus d'un million de morts, l'Europe compte pour un tiers de toutes les victimes de la pandémie. Difficile donc de se réjouir pour l'OMS qui alerte sur les déconfinements annoncés dans plusieurs pays ces derniers jours.

À lire aussi : Covid-19: la barre des 100 000 morts dépassée en France

« Il semblerait que les contaminations ralentissent dans plusieurs pays, analyse Hans Kluge, le patron de la branche européenne de l’OMS. Mais que ce soit clair : une légère baisse ne veut pas dire un nombre peu élevé de contaminations (…) Il faut ajuster les mesures sanitaires. Mais il ne faut pas le faire sur la base des objectifs des campagnes de vaccination. Il faut le faire sur une base épidémiologique et en s'assurant que nos systèmes de santé sont en capacité de faire face à la pandémie tout en assurant les soins les plus élémentaires. »

Déconfiner, oui, mais pas pour de mauvaises raisons. La mise en garde ne s'adresse pas forcément à l'Angleterre qui a certes rouvert ses terrasses et ses salles de sport, mais avec des contaminations en baisse. Ce qui n'est pas le cas de la Suisse, qui vient d'annoncer les mêmes mesures, mais sans remplir les critères considérés il y a quelques semaines encore comme impératifs par les autorités suisses pour un allègement des restrictions.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail