L’Otan se dit solidaire des sanctions américaines contre le Kremlin

Jens Stoltenberg, secrétaire général de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord, ici en février 2021 à Bruxelles.
Jens Stoltenberg, secrétaire général de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord, ici en février 2021 à Bruxelles. Olivier Hoslet Pool/AFP

Alors que le président ukrainien Volodymyr Zelensky est reçu ce vendredi 16 avril à Paris par le président français Emmanuel Macron pour un sommet auquel la chancelière allemande Angela Merkel sera associée par visioconférence, les Européens se rangent derrière Washington, en tout cas pour ce qui est des membres de l’Otan puisque l’Alliance atlantique annonce soutenir les sanctions des États-Unis.

Publicité

Avec notre correspondant à Bruxelles, Pierre Benazet

Le Conseil de l’Atlantique Nord, la plus haute instance politique permanente de l’Otan, a pris fait et cause pour les sanctions imposées par les États-Unis à la Russie : les trente alliés ont été jusqu’à émettre un communiqué commun pour afficher « la solidarité » de l’Alliance avec la réponse américaine.

► À lire aussi : Washington impose des sanctions contre Moscou, accusé de cyberattaques et d’ingérences dans la présidentielle

On n’avait plus vu un tel alignement diplomatique des Alliés depuis des années, en particulier pas du temps de Donald Trump. Joe Biden a souhaité renouer les alliances et la visite à l’Otan du ministre américain des Affaires étrangères Antony Blinken en a été une manifestation éclatante. Il leur a donné la primeur du retrait d’Afghanistan avant l’annonce publique et on semble désormais dans une sorte de lune de miel entre les deux rives de l’Atlantique.

► À lire aussi : Antony Blinken à l’Otan: reconstruire les alliances après les années Trump

De l’Ukraine il a d’ailleurs été longuement question à l’Otan avec Antony Blinken et l’Alliance répète sa « préoccupation » devant le renforcement en masse des troupes russes à la frontière orientale du pays. Selon l’Otan, le volume total de ces troupes s’élèverait à 80 000 hommes. Le commandant suprême des forces alliées en Europe, le général Tod Wolters, a cependant fait baisser la pression d’un cran puisqu’il estime que la probabilité d’une invasion russe en Ukraine est désormais réduite.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail