Le président ukrainien Volodymyr Zelensky reçu par son homologue français Emmanuel Macron

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky est en visite ce vendredi 16 avril à Paris.
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky est en visite ce vendredi 16 avril à Paris. AP

Le président ukrainien est en visite ce vendredi 16 avril à Paris. Il sera reçu par Emmanuel Macron à l’Élysée à la mi-journée. Au menu : les relations bilatérales, mais aussi et avant tout, les risques d'escalade dans le Donbass, la concentration des troupes russes aux frontières de l’Ukraine ayant fait monter la pression.

Publicité

La visite était prévue de longue date, mais la montée de tension de ces dernières semaines sur le front de l’est de l’Ukraine et le long de ses frontières orientales ramène le thème du Donbass en première ligne. Après un déjeuner de travail, Emmanuel Macron et Volodymyr Zelensky s’entretiendront en visioconférence avec Angela Merkel.

Depuis que le président russe rechigne à discuter avec son homologue ukrainien, le chef de l’État français et la chancelière allemande se chargent de faire passer les messages à chacune des parties. « Éviter l’escalade, faire redescendre les tensions », tels sont les objectifs affichés par l’Élysée, qui estime que la « souveraineté de l'Ukraine est menacée ».

Je pense que Volodymyr Zelensky attend du président Macron qu’il fasse pression sur le président Poutine avec Angela Merkel, pour le retenir contre toute action agressive contre l’Ukraine. Deuxièmement, il entend évoquer l’avenir des négociations sur le Donbass et de la nécessité de ressusciter le format de Normandie, c’est-à-dire les discussions au niveau des chefs d’Etat ou de gouvernement, parce que ce processus traverse une crise. Vladimir Poutine exerce une forte pression sur le processus de négociations, notamment militaire. De plus, il affiche une réticence à s’entretenir avec le président ukrainien. C’est pourquoi on aboutit à cette situation où l’Allemagne et la France mènent des discussions indépendantes avec Vladimir Poutine et avec Volodymyr Zelensky. Ca n’est pas très bien, c’est le signe que le processus de négociations est en crise. Et c’est pourquoi, il faut justement tenter de se mettre d’accord pour relancer un processus de négociations normal...

Volodymyr Fessenko, politologue ukrainien joint à Kiev

À lire aussi : Ukraine: Joe Biden et l'Otan haussent le ton face à Moscou

À Kiev, les messages alarmistes se multiplient : le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kouleba, estime que la Russie menace de « détruire l'État ukrainien ». La porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova rétorque en appelant Berlin et Paris à « arrêter de participer à la campagne de propagande autour des mouvements de troupes russes qui ne menacent personne ».

Volodymyr Zelensky vient avant tout chercher à Paris un soutien politique et diplomatique. Il réclame depuis des semaines l’organisation d’un nouveau sommet au format de Normandie. Le dernier s’était tenu à Paris en décembre 2019.

À lire aussi : Ukraine: face à Moscou, la Turquie soutient Kiev et semble se rapprocher des Occidentaux

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail