Merkel, Macron et Zelensky appellent au retrait des troupes russes à la frontière ukrainienne

Le président français Emmanuel Macron et son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky, à l'Elysée, le 16 avril 2021.
Le président français Emmanuel Macron et son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky, à l'Elysée, le 16 avril 2021. REUTERS - POOL

Angela Merkel, Emmanuel Macron et Volodymyr Zelensky ont appelé vendredi 16 avril au retrait des troupes russes à la frontière avec l'Ukraine, dans un souci de « désescalade » dans la région.

Publicité

Les dirigeants allemand, français et ukrainien ont partagé, lors d'une visio-conférence, « leurs préoccupations quant à l'augmentation des troupes russes à la frontière avec l'Ukraine ainsi qu'en Crimée illégalement annexée », selon un communiqué commun transmis par la chancellerie allemande.

La chancelière allemande, ainsi que les présidents français et ukrainien appellent à un retrait de « ces renforts de troupes afin de parvenir à une désescalade ».

Pour une mise en œuvre intégrale des accords de Minsk

Mme Merkel et M. Macron ont « souligné leur soutien à l'indépendance, la souveraineté et l'intégrité territoriale de l'Ukraine », ainsi que « la nécessité d'une mise en œuvre intégrale des accords de Minsk des deux côtés », ajoute le communiqué, assurant que Paris et Berlin « poursuivraient leurs efforts dans le cadre du format Normandie », le dialogue quadripartie avec Kiev et Moscou.

La Russie accentue pourtant la pression, mais cette fois au large de la Crimée annexée : trois zones maritimes sont désormais interdites au passage pour 6 mois, trois zones dont l’une au large du détroit de Kertch. Celle-là est tout particulièrement sensible : c’est un lien entre la mer Noire et la mer d'Azov, un passage d'une importance cruciale pour les exportations de céréales ou d'acier produits en Ukraine. L’Otan a demandé ce vendredi après-midi à Moscou de « garantir le libre accès » aux ports ukrainiens de la mer d'Azov.

Lueur d’optimisme pourtant de la part du dirigeant ukrainien : si les chefs d’État et de gouvernement ne se réunissent plus en format Normandie, leurs conseillers, eux, se rencontrent lundi, avec à la clé l’espoir d’une reprise de la trêve.

Selon l’OSCE, le nombre d’incidents bat des records dans l’est de l’Ukraine, le nombre de violations du cessez le feu a tout simplement triplé ces deux dernières semaines. 

À lire aussi : Ukraine: face à Moscou, la Turquie soutient Kiev et semble se rapprocher des Occidentaux

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail