Haut-Karabakh: l'Azerbaïdjan inaugure un «Parc des trophées militaires»

Le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev inaugure le «Parc des trophées militaires» qui expose, entre autres, les armes saisies aux troupes arméniennes durant la récente guerre du Haut-Karabakh, à Bakou, le 12 avril 2021.
Le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev inaugure le «Parc des trophées militaires» qui expose, entre autres, les armes saisies aux troupes arméniennes durant la récente guerre du Haut-Karabakh, à Bakou, le 12 avril 2021. AFP - HANDOUT

C’est un peu un musée de l’horreur qui vient d’être inauguré à Bakou, la capitale de l’Azerbaïdjan. Lundi dernier, le 12 avril, le président Ilham Aliyev a ouvert le « Parc des trophées militaires », c’est-à-dire des tanks, armes et autres casques pris au côté arménien pendant la « seconde guerre » du Haut-Karabakh, dont est sorti vainqueur l’Azerbaïdjan le 9 novembre dernier, après 44 jours de combats.

Publicité

De notre correspondant pour le Caucase du Sud,

La mise en scène est humiliante. Des mannequins en cire représentent les soldats arméniens : des hommes hirsutes, avec de gros nez crochus, des visages apeurés et souvent enchaînés, comme des chiens. Une comparaison répétée plusieurs fois par le président Ilham Aliyev a pendant le conflit du Haut-KarabaKh, parlant de « chasser comme des chiens » les soldats arméniens de la province sécessionniste.

Terrifiante aussi cette espèce de couloir où sont suspendus des dizaines de casques de soldats ennemis. Elle fait immanquablement penser à ces tas de crânes que l’on entassait après une guerre dans des temps très reculés.

Pour le reste, ce parc de 5 hectares, situé dans la capitale Bakou, et que le président Aliev a inauguré en treillis militaire, montre des tanks arméniens détruits, des restes de missiles.

Surenchère nationaliste

La réaction des Azerbaïdjanais à l'ouverture de ce « parc des trophées » ? Elle est favorable le plus souvent. Des citoyens ordinaires s'y rendent avec leurs enfants, pour qui l’entrée est gratuite.

Certaines critiques sont émises, mais c'est pour dire que l’entrée devrait être gratuite pour tous. En particulier pour ceux qui ont participé à cette guerre, qui s’est voulue la guerre de tout un peuple où sont morts, officiellement, près de 3 000 soldats azerbaïdjanais. 

D’autres critiques, beaucoup plus rares, dénoncent non seulement le très mauvais goût de la mise en scène, mais surtout le fait que la dictature azerbaïdjanaise fait de la surenchère nationaliste pour garder le pouvoir et faire oublier les scandales de corruption et autres graves problèmes que connaît le pays.

► À lire aussi : Azerbaïdjan: un journaliste critique du pouvoir condamné à 16 ans de prison

Paix durable

Tout cela n’est pas de bon augure pour la paix dans le Caucase. Ilham Aliyev invite régulièrement les Arméniens à accepter la défaite lors de cette seconde guerre du Haut-Karabakh, afin d’établir une paix durable dans la région.

Mais en inaugurant ce « parc des trophées », conçu pour entretenir la haine des Arméniens en Azerbaïdjan, il n’est pas crédible une seconde.

► À lire également : Haut-Karabakh: Amnesty appelle à rapidement enquêter sur les morts civils

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail