Washington rappelle son ambassadeur en poste à Moscou

L'ambassadeur américain en Russie, John Sullivan, le 30 janvier 2020 à Moscou.
L'ambassadeur américain en Russie, John Sullivan, le 30 janvier 2020 à Moscou. AP - Alexander Zemlianichenko Jr

Sur fond de désaccords sur l’Ukraine, ou sur le sort réservé à l’opposant Alexeï Navalny, les États-Unis annoncent le rappel de leur ambassadeur, John Sullivan, après avoir décidé de nouvelles sanctions contre la Russie.

Publicité

Avec notre correspondant à Moscou, Daniel Vallot

L'annonce a été faite ce mardi 20 avril au matin par un communiqué publié par l’ambassade américaine à Moscou. John Sullivan estime « important de parler directement » avec ses interlocuteurs à la Maison Blanche. L’ambassadeur reste sobre, évoquant simplement « l’état actuel des relations bilatérales entre les deux pays » et aussi son désir de revoir sa famille.

John Sullivan affirme qu’il retournera à Moscou dans les prochaines semaines avant toute rencontre entre Vladimir Poutine et Joe Biden. Le ton est réservé, mais ce retour aux États-Unis de l’ambassadeur en poste à Moscou n’en est pas moins significatif, surtout si l’on prend en compte le fait que l’ambassadeur russe aux États-Unis, Anatoli Antonov, rappelé pour consultation le mois dernier à Moscou, n’est toujours pas revenu à son poste.

Selon le ministère russe des Affaires étrangères, son retour à Washington n’est toujours pas à l’ordre du jour. Même si elle n’est pas définitive, c’est tout de même une situation qui en dit long sur les relations entre les deux pays.

Un dialogue pas complètement rompu

La tension est à son plus haut niveau depuis des années, mais les fils du dialogue ne sont pas complètement rompus. Il y a en effet ce projet d’un sommet entre Joe Biden et Vladimir Poutine qui pourrait se faire l’été prochain dans un pays tiers. 

En outre le président russe a accepté de participer au sommet sur le climat qui aura lieu vendredi – participation certes à distance, mais qui est un signe tout de même que la Russie veut encore discuter avec les États-Unis.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail