L'Allemagne s'intéresse au vaccin russe Spoutnik V

La question de l'utilisation du vaccin Spoutnik V est controversée en Europe. Paris a ainsi reproché récemment à la Russie d'en faire un outil de «propagande» dans le monde.
La question de l'utilisation du vaccin Spoutnik V est controversée en Europe. Paris a ainsi reproché récemment à la Russie d'en faire un outil de «propagande» dans le monde. AP - Natacha Pisarenko

L'Allemagne envisage d'acheter 30 millions de doses du vaccin russe anti-Covid Spoutnik V, a affirmé ce jeudi un patron de région en déplacement à Moscou. Berlin négocie depuis trois semaines avec la Russie, mais conditionne toute commande à une approbation des autorités européennes.

Publicité

Avec notre correspondant à Berlin,  Pascal Thibaut

La population est-allemande, en tout cas les personnes les plus âgées, a dans le passé été traitée avec des vaccins soviétiques. Et la proximité avec la Russie n’a pas disparu 30 ans après la réunification. Cela vaut aussi pour un chrétien-démocrate comme le ministre-président de la Saxe.

Lors d’une rencontre à Moscou avec le ministre russe de la Santé, Michael Kretschmer a annoncé que l’Allemagne envisageait d’acheter 30 millions de doses du vaccin russe anti-Covid Spoutnik V avec des livraisons de juin à août. Il espère que l’Agence européenne des médicaments EMA donnera son feu vert d’ici le mois de mai. 

À lire aussi :  Covid: l’UE se divise au sujet de la livraison du vaccin Spoutnik V

Le ministère de la Santé à Berlin n’a pas confirmé ces informations concrètes et juste rappelé que des négociations avec Moscou avaient lieu depuis trois semaines, mais qu’un accord était lié à une approbation du vaccin en Europe. Le ministère ajoute que les informations fournies jusqu’à présent ne suffisent pas pour une décision positive de l’EMA. 

Deux régions allemandes, la Bavière et le Mecklembourg, ont passé des pré-commandes. Un label « made in Germany » avec une production en Allemagne constituerait pour Spoutnik V un succès marketing de poids. Le ministre des Affaires étrangères Heiko Maas a déclaré espérer que Michael Kretschmer ne se laisserait pas instrumentaliser par Moscou et évoquerait durant sa visite les dossiers politiques sensibles, l’Ukraine et Alexeï Navalny.

► À lire aussi : Allemagne: le Bundestag adopte un durcissement controversé de la loi anti-Covid

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail