Russie: les médecins d'Alexeï Navalny lui demandent d’arrêter sa grève de la faim

Trois des médecins d'Alexeï Navalny qui ont appelé l'opposant russe à cesser sa grève de la faim.
Trois des médecins d'Alexeï Navalny qui ont appelé l'opposant russe à cesser sa grève de la faim. AP - Kirill Zarubin

« Nous n’aurons bientôt plus personne à soigner » ont déclaré les médecins personnels d’Alexeï Navalny qui ont pu consulter de nouvelles analyses particulièrement préoccupantes. Ils estiment que la poursuite de la grève de la faim entamée le 31 mars dernier pourrait avoir des conséquences irréversibles sur la santé de l’opposant.

Publicité

De notre correspondant à Moscou,

« En tant que médecins traitants, nous lançons un appel à Alexeï Navalny et lui demandons d’arrêter immédiatement sa grève de la faim afin de préserver sa vie et sa santé ». Dans une lettre publiée par le site indépendant Mediazona, les cinq praticiens affirment avoir accédé à de nouvelles analyses encore plus inquiétantes que les précédentes.

Selon eux, ces analyses révèlent des symptômes d’insuffisance rénale et des symptômes neurologiques sévères pouvant conduire à des dommages irréversibles pour la santé de l’opposant. « Si la grève de la faim se poursuit même pour un temps très court », écrivent les médecins, « nous n’aurons bientôt plus personne à soigner. »

Transfert dans un hôpital de Moscou

Selon les signataires de la lettre, ces analyses ont été faites dans un hôpital civil de Vladimir le 20 avril dernier, et par des médecins indépendants. Or, cela répond en partie aux revendications d’Alexeï Navalny et c’est pour cette raison également que ses médecins lui demandent d’arrêter sa grève de la faim.

Les signataires précisent cependant qu’ils continueront de demander à pouvoir ausculter eux-mêmes leur patient, et surtout à obtenir un transfert d’Alexeï Navalny dans un hôpital civil de Moscou. C’est seulement là, à leurs yeux, que les soins appropriés pourront lui être apportés, « étant donné la complexité de son cas et les dommages provoqués sur son système nerveux » du fait de son empoisonnement, l’été dernier, avec un agent neurotoxique d’origine militaire.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail