Vatican: le pape donne un nouveau tour de vis dans la lutte anticorruption

Le pape François lors d'une séance hebdomadaire à la bibliothèque du Vatican, le 28 avril 2021.
Le pape François lors d'une séance hebdomadaire à la bibliothèque du Vatican, le 28 avril 2021. via REUTERS - VATICAN MEDIA

Au Vatican, le pape François renforce les règles anticorruption. Dans un motu proprio, un nouveau décret publié ce jeudi, le pape demande à ce que tous les cadres du plus petit État du monde signent une déclaration d’intérêt attestant qu’ils ne sont pas suspectés de malversations. 

Publicité

Avec notre correspondant à Rome,  Éric Sénanque 

Après avoir déjà réformé le code des marchés publics au Vatican l'an dernier, le pape François applique un nouveau tour de vis dans sa lutte anticorruption. 

Désormais tous les cadres du petit État doivent signer une déclaration dans laquelle ils assurent ne faire l’objet d’aucune condamnation de justice, qu'ils ne font pas l'objet de procès ou d'enquêtes pénales en cours pour corruption, fraude, terrorisme, blanchiment d'argent, exploitation de mineurs ou évasion fiscale. Concernant leurs actifs, pas question non plus qu’ils détiennent des fonds ou des investissements dans des paradis fiscaux ou des pays peu regardant sur la corruption.

Le Saint-Siège, qui a adhéré à la Convention de Mérida des Nations unies contre la corruption « a décidé de se conformer aux meilleures pratiques pour prévenir et contrer » ce phénomène, peut-on lire dans ce décret. En cas de déclarations fausses ou mensongères, les employés pourront être licenciés et le Saint-Siège pourrait même demander des dommages et intérêts.

Autre nouveauté dans ce décret, qui concerne cette fois-ci tous les employés du Vatican : l’interdiction de recevoir des cadeaux d’une valeur de plus de 40 euros.

À lire aussi : Scandale financier au Vatican: première peine de prison pour blanchiment d'argent

L'un des cardinaux les plus en vue, l'Italien Angelo Becciu, ancien numéro deux de la Secrétairerie d'État, a été poussé l'an dernier à la démission par le pape François qui lui a signifié qu'il était indigne de sa confiance car soupçonné de « détournement de fonds » par des enquêteurs. La justice vaticane n'a pas pour l'instant communiqué sur cette affaire, le cardinal déchu clamant pour sa part son innocence.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail