Russie: la vidéo-surveillance, nouvelle arme du pouvoir contre les manifestants d'opposition

À Moscou, la manifestation de soutien à Alexeï Navalny, le 21 avril 2021, a rassemblé 6 000 personnes, selon la police. Plus d'un millier ont été arrêtées.
À Moscou, la manifestation de soutien à Alexeï Navalny, le 21 avril 2021, a rassemblé 6 000 personnes, selon la police. Plus d'un millier ont été arrêtées. REUTERS - EVGENIA NOVOZHENINA

En Russie, l’étau se resserre autour de l’opposition et des partisans d’Alexeï Navalny, incarcéré depuis février dernier. Cette semaine, plusieurs dizaines d’entre eux ont été interpellé à leur domicile alors que plusieurs jours s’étaient écoulés depuis la dernière manifestation. Selon leurs témoignages, c’est la vidéo-surveillance qui a permis à la police de les identifier dans la foule et de les retrouver.

Publicité

Avec notre correspondant à Moscou, Daniel Vallot

C’est quelques jours après la manifestation du 21 avril que les policiers se sont présentés chez elle. Anna Borzenko, 65 ans et mère de six enfants, passe la nuit dans un commissariat avant d’être convoquée au tribunal.

« Ils m’ont demandé si j'avais participé à la manifestation, raconte-t-elle. Et puis ils m’ont montré une vidéo de 43 secondes. Il y avait un gros plan sur mon visage. »

Comme des dizaines de personnes interpellées par la police après la manifestation, Anna Borzenko a été identifiée grâce à des caméras à reconnaissance faciale. C’est également de cette façon que le journaliste Alexander Rogoza a été identifié et convoqué par la police. 

« C’était hier matin, explique-t-il. J’entends sonner à la porte : deux policiers sont là en uniforme Ils m’ont dit qu’ils venaient "parce que j’avais participé à une manifestation illégale". Je suppose que mon visage a été repéré par les caméras. » 

À lire aussi : Russie: des milliers de manifestants dans la rue en soutien à Alexeï Navalny

Pour Dmitry Piskunov, de l’ONG russe OVD-Info, c’est une nouvelle méthode répressive qui est à l’œuvre en Russie.  

« Auparavant, s'ils n'étaient pas arrêtés sur place, les manifestants étaient tranquilles. Mais maintenant à chaque fois que l'on frappe à leur porte, les gens se demandent si ce n'est pas la police qui va les amener au tribunal ou en prison », souligne le militant. 

Selon OVD-Info, au moins 169 personnes ont été arrêtées après la manifestation du 21 avril.  La plupart ont écopé d’amendes. Mais une vingtaine d’entre elles, au moins, sont encore sous les verrous. 

À lire aussi : Russie: le mouvement d'Alexeï Navalny annonce son auto-dissolution

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail