L'armée russe se déploie sur deux nouveaux sites dans le sud de l'Arménie

Des soldats russes déployés dans le Haut-Karabakh, près de la frontière arménienne, pour une mission de maintien de la paix, le 14 novembre 2020, quatre jours après l'entrée en vigueur du cessez-le-feu (image d'illustration).
Des soldats russes déployés dans le Haut-Karabakh, près de la frontière arménienne, pour une mission de maintien de la paix, le 14 novembre 2020, quatre jours après l'entrée en vigueur du cessez-le-feu (image d'illustration). REUTERS/Stringer

Ce lundi, l’Arménie annonce que la base militaire russe de Guioumri va ouvrir deux « positions d’appui » dans le sud du pays, à la frontière avec l’Azerbaïdjan. Six mois après la fin de la guerre du Karabagh, remportée par l’Azerbaïdjan, ce dernier se montre menaçant pour les frontières du sud de l’Arménie. Cela a conduit l’Arménie à solliciter encore un peu plus le soutien russe.

Publicité

Avec notre correspondant à Tbilissi, Régis Genté

Il s’agira de deux « positions d’appui », déployées dans la région de Syunik, au sud de l’Arménie, avec des éléments de la 102e base militaire russe, celle de Gyumri, au nord du pays.

La décision a été prise pour deux raisons. D’abord du fait que les forces azerbaïdjanaises se déploient tout le long de la frontière avec l’Arménie, dans les districts repris au terme de la guerre du Haut-Karabagh de l’automne dernier.

Un déploiement à haut-risque puisque les gardes-frontières arméniens et azerbaïdjanais se retrouvent littéralement face à face le long de ce qui n’étaient que des limites administratives à l’époque soviétique.

► À lire aussi : L’Arménie veut renforcer sa coopération militaire avec la Russie

Ensuite, il y a les discours du président azerbaïdjanais au cours desquelles il exprime des revendications territoriales au sujet de la région du Syunik, qu’il appelle le Zanguezour et considère comme appartenant historiquement à son pays.

Le 21 avril, Ilham Aliev a en outre menacé d’établir par la force la route qui doit, selon la déclaration de paix signée en novembre dernier, relier son pays au Nakhitchevan, région azerbaïdjanaise enclavée entre l’Arménie, l’Iran et la Turquie.

À lire aussi : En Azerbaïdjan, mécontentement après la reconnaissance par Biden du génocide arménien

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail