La pandémie de Covid a dynamisé le dialogue social européen, selon une étude

Les partenaires sociaux ont donc inclus dans leurs recommandations « les travailleurs de l’ombre » peu considérés traditionnellement, les saisonniers donc mais aussi les indépendants, les travailleurs migrants.
Les partenaires sociaux ont donc inclus dans leurs recommandations « les travailleurs de l’ombre » peu considérés traditionnellement, les saisonniers donc mais aussi les indépendants, les travailleurs migrants. RFI/ Pauline Gleize

La crise sanitaire n’apporte pas que son lot de mauvaises nouvelles. La pandémie a dynamisé le dialogue social européen, ce qui a permis à certains secteurs de continuer à fonctionner malgré les restrictions à la mobilité imposées par les gouvernements. C’est ce que révèle une étude de l’Institut syndical européen publiée cette semaine alors que les chefs d’État et de gouvernement se réunissent les 7 et 8 mai à Porto, au Portugal, pour remettre les questions sociales au centre du jeu.

Publicité

Avec notre correspondante à Bruxelles, Joana Hostein

Le secteur du transport maritime, incontournable puisque environ 75% des marchandises qui arrivent en Europe transitent par les ports, a publié, dès le mois de mars 2020, une liste de recommandations pour éviter une rupture dans les chaînes d’approvisionnement. C’est ce que révèle l’étude de l’Institut syndical européen.

Même constat dans le secteur de l’agriculture. La pandémie a éclaté en pleine période des récoltes. Or chaque année, ce ne sont pas moins de 800 000 saisonniers qui traversent les frontières pour venir travailler dans les champs. Là aussi, les partenaires sociaux se sont mobilisés très rapidement, comme l’explique Christophe Degryse, auteur de l’étude : « Pour le transport des saisonniers, il faudra respecter le protocole en termes de distanciation sociale, pour les logements des saisonniers, il faudra aussi veiller à ce que ça ne devienne pas des foyers de diffusion de la pandémie, etc. Ça porte parfois sur des prescriptions ou des recommandations extrêmement pratiques qui visent simplement à faire en sorte que l’activité puisse se poursuivre. »

Il y a un momento pour sortir des politiques qui ont été menées pendant quarante années...

Raphaël Glucksmann, eurodéputé, groupe socialiste et démocrate au Parlement européen

Les partenaires sociaux ont donc inclus dans leurs recommandations « les travailleurs de l’ombre », peu considérés traditionnellement, les saisonniers donc, mais aussi les indépendants, les travailleurs migrants. Un dialogue social plus inclusif parce que « le virus ne se soucie guère du statut du travailleur », conclut le rapport.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail