Revue de presse des Balkans

À la Une: au Monténégro, les boues rouges du KAP, une bombe écologique à retardement

Les boues rouges du Combinat d’aluminium de Podgorica, la capitale du Monténégro, menacent directement plus de 150 000 riverains et le milieu fragile du lac voisin de Skadar, frontalier avec l’Albanie.
Les boues rouges du Combinat d’aluminium de Podgorica, la capitale du Monténégro, menacent directement plus de 150 000 riverains et le milieu fragile du lac voisin de Skadar, frontalier avec l’Albanie. © AP/Darko Vojinovic

Publicité

C’est une bombe écologique à retardement. Les deux bassins de boues rouges du Combinat d’aluminium de Podgorica, la capitale du Monténégro, menacent directement plus de 150 000 riverains et le milieu fragile du lac voisin de Skadar, frontalier avec l’Albanie. La privatisation et la vente à la découpe de l’entreprise ont favorisé toutes les magouilles. Une enquête menée avec le soutien de l’IJ4EU.

Une autre menace pèse sur le Monténégro depuis des décennies. Celle du crime organisé, qui vampirise le petit pays. Dès son arrivée au pouvoir, le vice-Premier ministre Dritan Abazović a déclaré la guerre à la mafia. Les menaces de mort qu’il a reçues ces derniers jours viennent rappeler que la victoire contre cette tentaculaire pieuvre sera difficile sans une justice indépendante.

Dérives autoritaires et crises démocratiques

Après la troisième victoire consécutive du Parti socialiste en Albanie, les opposants au Premier ministre Edi Rama ne désarment pas. Les accusations de manipulations électorales se multiplient. La majorité est accusée de mettre à son service les ressources de l’État, une mission d’autant plus aisée que depuis le boycott des municipales de 2019, le Parti socialiste contrôle toutes les institutions du pays. Explications. Sans parler des achats de vote, qui auraient été massifs et qui auraient provoqué une fusillade mortelle quelques jours avant le scrutin. Même si la police semble vouloir cacher la vérité.

En Bulgarie, des législatives anticipées se profilent pour le milieu de l’été. Mais la crise politique s’est exacerbée ces derniers jours à Sofia sur fond d’accusations d’espionnage russe et d’explosions de plusieurs dépôts d’armes survenus ces dix dernières années. Mise à mal depuis plusieurs mois, la « fraternité pour l’éternité » entre Sofia et Moscou appartient-elle déjà au passé ? D’autant que le Kremlin n’hésite pas à multiplier les fausses informations pour tenter de reprendre la main.

En Slovénie, la dérive droitière et autoritaire du Premier ministre Janez Janša a fini par scinder le pays en deux : une extrême droite décomplexée face à une opposition entrée en résistance contre ce nouveau fascisme. Le 27 avril, pour le 80e anniversaire du soulèvement des partisans, en 1941, contre les puissances occupantes de l’Axe, plus de 10 000 personnes avaient battu le pavé. Entretien avec la sociologue Vesna Leskošek.

À Istanbul et à Ankara, les rassemblements du 1er mai se sont soldés par des centaines d’arrestations, pour violation des mesures de confinement prises peu avant par Recep Tayyip Erdoğan, en vue d’endiguer la nouvelle vague de coronavirus. Mais bien peu de vidéos de ces interpellations musclées ont pu circuler : la veille, une loi était entrée en vigueur en Turquie pour interdire de filmer les policiers en intervention durant les manifestations.

Acropole bétonnée, braconnage princier, apatrides sauvés

De l’autre côté de la mer Égée, la polémique fait rage à cause de la bétonisation de l’Acropole, qui a commencé à l’automne 2020, en plein confinement. Officiellement, il s’agit d’améliorer l’accessibilité du site antique le plus visité de Grèce, mais beaucoup dénoncent ce chantier, accusé de défigurer ces monuments appartenant au patrimoine mondial de l’humanité. En piétinant les règles de l’Unesco sur leur protection.

Le week-end dernier, les chrétiens orthodoxes des Balkans ont célébré la fête de Pâques. En Grèce, à cause du couvre-feu, la résurrection du Christ a dû être avancée de trois heures, une première dans l’histoire du pays, où il n’existe pas de séparation entre l’Église et l’État. En Croatie, une vive polémique a éclaté après la diffusion virale d’une vidéo montrant des hooligans chantant des appels à « massacrer les Serbes » dans la ville frontalière de Borovo. L’ensemble de la classe politique a condamné.

Du côté de la Roumanie, c’est la photo de la dépouille d’un ours qui provoque un vaste scandale. Arthur avait la réputation d’être le plus gros plantigrade du pays. Deux ONG accusent le prince autrichien Emmanuel de Liechtenstein d’avoir détourné un permis officiel pour s’offrir ce très prestigieux trophée dans le monde de la chasse. Le ministère roumain de l’Environnement l’avait autorisé, à titre exceptionnel, à abattre une femelle dangereuse...

Bonne nouvelle en Macédoine du Nord : la fin annoncée d’un enfert kafkaïen pour les apatrides. Ils sont en effet des milliers à vivre sans papiers d’identité, certains depuis plusieurs décennies. Ces citoyens, qui appartiennent principalement aux communautés albanaise et rom, se retrouvent privés de leurs droits fondamentaux, mais un nouveau deal politique leur redonne espoir.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail