Écosse: les indépendantistes s'imposent au Parlement et exigent un référendum

La Première ministre écossaise Nicola Sturgeon lors d'une interview télévisée dans un centre de dépouillement, à Glasgow, en Écosse, le 7 mai 2021.
La Première ministre écossaise Nicola Sturgeon lors d'une interview télévisée dans un centre de dépouillement, à Glasgow, en Écosse, le 7 mai 2021. REUTERS - RUSSELL CHEYNE

En Écosse, les indépendantistes du SNP ratent de très peu la majorité absolue au Parlement d’Édimbourg mais remportent les élections loin devant tous les autres partis. Leur dirigeante, la Première ministre écossaise Nicola Sturgeon, a aussitôt estimé que ce succès dans les urnes lui donnait un mandat clair pour organiser un nouveau référendum d'autodétermination. 

Publicité

Avec notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

Radieuse face à cette nouvelle vague jaune, la couleur du SNP, Nicola Sturgeon a salué la « victoire historique et extraordinaire » de son parti qui remporte pour la quatrième fois consécutive les élections parlementaires. Et tant pis s’il rate de peu – à un siège près – la majorité absolue à Holyrood, le SNP disposera d’une large majorité favorable à l’indépendance avec le soutien des Verts.

La Première ministre écossaise a d’ailleurs tout de suite annoncé la couleur : cette victoire lui donne un mandat clair pour organiser un nouveau référendum, mettant en garde le gouvernement de Boris Johnson contre toute tentative d’ « empêcher les Écossais de choisir leur propre destinée ».

« Si les conservateurs tentent de contrer le SNP,  ils s’opposeront alors directement à la volonté du peuple écossais et ils prouveront clairement que le Royaume-Uni n’est pas un partenariat d’égal à égal et surtout que Westminster ne le considère plus comme une union volontaire de nations », a-t-elle déclaré.

De son côté, Boris Johnson a répété qu’il y était fermement opposé. Mais avec un tel blanc-seing accordé par les Écossais au SNP il va lui être de plus en plus difficile de justifier ce refus. D’autant que Nicola Sturgeon avance prudemment : elle promet  de se concentrer d’abord sur la lutte contre la pandémie et la reprise économique, et n’envisage pas de référendum avant deux ou trois ans. 

Dans la soirée, Boris Johnson a félicité la cheffe indépendantiste et l'a invitée à une réunion avec le gouvernement britannique pour évoquer les « défis communs » comme la reprise économique après la pandémie.

À écouter et lire aussi : Élections locales britanniques: en Écosse, la reprise économique d'abord

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail