Début à Strasbourg, capitale européenne «de l'âme et du coeur», de la Conférence sur l'avenir de l'Europe

Des jeunes courent sur un drapeau européen géant, à Strasbourg,  à proximité du Parlement européen (photo d'illustration).
Des jeunes courent sur un drapeau européen géant, à Strasbourg, à proximité du Parlement européen (photo d'illustration). © FREDERICK FLORIN/AFP

Emmanuel Macron est arrivé ce dimanche 9 mai au Parlement européen à Strasbourg. Celui-ci ne s’est pas réuni en session plénière depuis plus d’un an en raison de la pandémie de Covid-19. Avec plusieurs dirigeants européens, le président français vient lancer officiellement la « Conférence sur l'avenir de l'Europe ». 

Publicité

Avec nos envoyées spéciales, Anastasia Becchio et Valérie Gas

Dans un hémicycle strasbourgeois qui a subi quelques transformations pour l’occasion, une scène ronde a été installée, entourée d’écrans géants, laissant une bonne partie des 750 sièges de députés à l’extérieur de ce cercle. Et pour cause, les parlementaires européens n’ont pas été conviés. Cela fait 15 mois, que cet hémicycle n’a pas accueilli de session plénière, l’essentiel du travail parlementaire se faisant à Bruxelles, au grand dam des autorités françaises. Et d’ailleurs on est loin aujourd’hui de l’effervescence qui règne les jours de session. 

Juste après son arrivée, Emmanuel Macron s’est entretenu avec le président du Parlement, David Sassoli. Dans un entretien aux Dernières nouvelles d’Alsace, le chef de l'État a déclaré que « Si Bruxelles (était) la capitale des bureaux de l'Europe, Strasbourg (était) la capitale de son âme et de son cœur : là où on la pense, là où on défend ses valeurs ». 

Le président français prononce le discours d’ouverture, suivront ceux du président du Parlement, du Premier ministre portugais, Antonio Costa, dont le pays préside l’UE en ce moment et de la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen.

« Reprise vite et forte de l’activité européenne à Strasbourg »

Emmanuel Macron promet de plaider pour une « reprise vite et forte de l’activité européenne à Strasbourg » où de nombreuses sessions n’ont pu se tenir au Parlement depuis un an en raison de l’épidémie de Covid-19. Le président veut tourner la page de la pandémie et ouvrir donc un nouveau chapitre avec le lancement de la Conférence sur l’avenir de l’Europe qui est organisée au Parlement aujourd’hui à une date symbolique, celle de la journée de l’Europe, le 9 mai.

Après les discours d’inauguration, un échange avec les citoyens est prévu, un format qu’Emmanuel Macron apprécie particulièrement. Et dans les mois qui viennent, des consultations seront menées au niveau européen, notamment via une plateforme lancée pour recueillir les propositions des citoyens. Objectif : faire des recommandations sur l’avenir de l’Europe. En France, le chef de l’État veut aussi lancer un cycle de concertations à partir du mois de septembre 2021 avec des citoyens tirés au sort. Une formule qui rappelle celle de la Conférence sur le climat. Et c’est de ces concertations que sera issue la contribution française.

Emmanuel Macron entre dans une séquence très européenne qui vise à préparer la présidence française de l’Union au début de l’année 2022, juste avant l’élection présidentielle. Et il entend bien arriver avec une dynamique pour que l’Europe devienne plus proche des citoyens, et donc plus attractive dans un programme présidentiel.

À lire aussi : Conférence sur l’avenir de l'Europe: le président français Emmanuel Macron très attendu à Strasbourg

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail