Cybersécurité: Londres tacle les Russes et les Chinois

 Les États autoritaires «tordent les principes pour parvenir à leurs propres fins néfastes», a déclaré le chef de la diplomatie britannique, Dominic Raab. Ici, à Downing Street, à Londres, le 14 juillet 2020.
Les États autoritaires «tordent les principes pour parvenir à leurs propres fins néfastes», a déclaré le chef de la diplomatie britannique, Dominic Raab. Ici, à Downing Street, à Londres, le 14 juillet 2020. REUTERS/Hannah McKay

Coup de menton du gouvernement britannique en matière de guerre électronique : à l'occasion du débat national sur la cybersécurité, mercredi, Dominic Raab, le chef de la diplomatie de Boris Johnson, n'a pas mâché ses mots et a sèchement mis en garde la Russie et la Chine au sujet de leurs intrusions de plus en plus fréquentes dans les systèmes informatiques mondiaux.

Publicité

Pour Dominic Raab, en matière d'accès à Internet, l'équation est simple : d'un côté, il y a les pays progressistes, ceux qui défendent les principes démocratiques et les sociétés ouvertes. Et de l'autre, une nébuleuse cybermalveillante dominée par la Chine et la Russie

« Il y a les régimes autoritaires comme la Corée du Nord, l'Iran, la Russie ou la Chine qui utilisent les technologies numériques pour saboter, pour voler, pour contrôler ou pour censurer, affirme Dominic Raab. Et lorsque des États comme la Russie hébergent des criminels ou des gangs qui opèrent depuis leur territoire, ils ne peuvent pas juste hausser les épaules et dire qu'il n'ont rien à voir avec ça. Même si ces actes ne sont pas directement liés à l'autorité de ces États, ils ont la responsabilité de poursuivre ces individus, pas de les protéger. »

Le chef de la diplomatie britannique révèle au passage qu'au mois de mars plus de 80 lycées, écoles et universités du Royaume-Uni ont été la cible de cyberattaques, ce qui les a forcé à retarder la reprise des cours, au moment même où ces établissements devaient rouvrir après des semaines de confinement. Il est temps, conclut Dominic Raab, que nous montions en puissance afin d'organiser nous aussi des piratages ciblés contre nos ennemis 

À lire aussi : Qui est DarkSide, le gang de hackers derrière la cyberattaque contre Colonial Pipeline?

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail