Royaume-Uni: le gouvernement dévoile sa réforme du rail

Des passagers sortent d'un train à Londres, le 20 mai 2021. La Grande-Bretagne envisage une réforme du réseau ferroviaire.
Des passagers sortent d'un train à Londres, le 20 mai 2021. La Grande-Bretagne envisage une réforme du réseau ferroviaire. AP - Kirsty Wigglesworth

Le gouvernement britannique a annoncé ce jeudi une réforme des chemins de fer pour tenter de remédier aux nombreux dysfonctionnements du secteur. Le projet passe par une centralisation des réservations et des tarifs, mais il ne fait pas l’unanimité, car il ne remet pas en cause la privatisation du rail dans les années 1990.

Publicité

Avec notre correspondante à Londres,  Muriel Delcroix

Vingt-cinq ans après le démantèlement du réseau ferroviaire britannique et sa privatisation, l’idée est de créer une instance publique unique, baptisée « Great British Railways ». Propriétaire des infrastructures et des gares, elle sera aussi responsable des tarifs, des horaires et des réservations qui seront centralisées sur un seul site internet.

Le système extrêmement chaotique des franchises va être supprimé pour mettre fin à la fragmentation des lignes dont l’exploitation est actuellement assurée par de nombreux opérateurs, dont la SNCF française.

Néanmoins, le gouvernement veut que le secteur privé conserve un rôle substantiel et prévoit que « Great British Railways » passe des contrats avec des partenaires privés pour faire rouler les trains, avec comme objectifs la ponctualité, l’amélioration de la qualité et de l’efficacité des services.

Le rail britannique connaît depuis de nombreuses décennies des problèmes récurrents et sa privatisation reste très controversée. Mais les syndicats et l’opposition travailliste qui préconisait il y a deux ans la nationalisation du rail qualifient cette réforme de simple « colmatage ». Ils estiment que le maintien d’un modèle fondé sur des contrats d’exploitation va continuer à engendrer une fuite de l’argent des contribuables et des passagers vers les actionnaires sous forme de dividendes. 

À lire aussi : Royaume-Uni: la réforme du réseau ferroviaire tourne le dos à la privatisation

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail