Vaccins anti-Covid-19: la levée des brevets en débat au Parlement européen

Contrairement au président américain Joe Biden; la président de la Commission européenne Ursula von der Leyen est opposée à la levée des brevets pour les vaccins contre le Covid-19.
Contrairement au président américain Joe Biden; la président de la Commission européenne Ursula von der Leyen est opposée à la levée des brevets pour les vaccins contre le Covid-19. AP - Matt Slocum

La question de la levée des brevets pour les vaccins Covid-19 de retour devant le Parlement européen. Les eurodéputés étaient appelés à se prononcer mercredi 9 juin sur la question de savoir si l’UE doit demander à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) de renoncer aux droits de propriété intellectuelle. L’Inde et l’Afrique du Sud mènent campagne pour un renoncement aux droits de propriété intellectuelle sur les vaccins contre le coronavirus, afin que chaque pays puisse produire des doses. L’administration Biden a soutenu cet appel. Mais au sein de l’Union européenne, les avis sont plus partagés.

Publicité

Lever les brevets permettrait d’aller plus vite dans la vaccination et pour moins cher, estime Manon Aubry. L'eurodéputée du groupe de la Gauche unitaire européenne regrette que la Commission et les États européens y soient opposés.

« Au rythme où on va, on aura vacciné l'ensemble de l'humanité dans 27 ans, soutient l'eurodéputée au micro d'Anastasia Becchio du service international. Je rappelle de 70% des doses de vaccins sont allés aux pays riches et que de nombreux États attendent impatiemment de pouvoir aussi vacciner leur population. »

Du côté de la délégation française du groupe Renew, Véronique Trillet-Lenoir estime que les priorités sont ailleurs et en particulier le don, l’exportation et le renforcement des capacités industrielles. 

« Ce n'est certainement pas la seule solution et probablement pas la meilleure, affirme-t-elle. Nous avons du mal à imaginer qu'une technologie comme l'ARN messager puisse être rapidement mise en place sur le sol africain. »

À lire aussi : Vaccins: en visite en Afrique du Sud, Macron plaide pour une levée temporaire des brevets

Les entreprises poussées à « garder secrètes leurs découvertes » 

La délégation française du Parti populaire européen (PPE), elle, a voté contre. « Si nous décidons aujourd'hui que parce qu'un vaccin fonctionne il faut lever les brevets, nous allons pousser les entreprises soit à ne plus investir dans la recherche sur la santé, puisque dès que quelque chose fonctionnera les États se l'approprieront, soit à garder secrètes leurs découvertes », justifie François Xavier Bellamy. 

Devant les eurodéputés, Ursula von der Leyen a campé sur sa position. La présidente de la Commission européenne met en avant le savoir-faire, la technologie nécessaires pour produire les vaccins : « On n'y parvient pas simplement en en levant les droits de propriété intellectuelle », défend-elle.

À lire également : Vaccins anti-Covid-19: pourquoi les laboratoires sont vent debout contre la levée des brevets

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail