Reportage

Suède: les lycéens en fête aux Studenten à Stockholm après une année difficile

Des lycéens suédois célèbrent la fin du lycée, ici juin 2020 à Stockholm. En Suède, les lycéens de terminale ont été parmi les plus touchés par les restrictions sanitaires.
Des lycéens suédois célèbrent la fin du lycée, ici juin 2020 à Stockholm. En Suède, les lycéens de terminale ont été parmi les plus touchés par les restrictions sanitaires. Jessica GOW / TT News Agency / AFP

Cette fin de semaine en Suède a été celle des Studenten, ces fêtes débridées qui depuis le XIXe siècle célèbrent la fin du lycée et l’entrée à l’université ou dans la vie active. Des restrictions sont encore en cours en Suède, notamment sur le nombre de personnes autorisées à se rassembler, mais les jeunes ont souvent passé outre. 

Publicité

Avec notre correspondant à Stockholm, Frédéric Faux

Les Studenten, c’est une fête débridée qui commence par un petit-déjeuner au champagne avec toute sa classe dans un parc de la ville, un dernier repas à la cantine, une sortie en fanfare du lycée où on lance vers le ciel une casquette blanche, et puis un série de fêtes qui continue jusqu’au lendemain. Les restrictions ? Benjamin et Markus ont préféré les oublier.

 « J’étais à la fête d’un ami hier qui était censée être une petite fête, et on était 200, dit Benjamin. On a tout fait : des batailles d’extincteurs, des feux d’artifice…. » « Même s’il y a le corona c’est bien de célébrer cette dernière année, c’est la fin d’un chapitre », poursuit Markus.

L’une des traditions des Studenten veut que chaque classe prenne place à l’arrière d’un camion pour parader dans les rues de la ville, en criant et en chantant. La mairie a interdit ce genre de rassemblement, mais les lycéens ont trouvé une faille : « Au lieu d’un camion on va sur un bateau cette année. Beaucoup de gens ont fait ça », s’amuse Benjamin. « C’est un vide juridique, explique Markus, ils ont oublié d’interdire la location de ces bateaux. » 

Une fête d’autant plus nécessaire pour ses lycéens de terminale qu’ils ont été parmi les plus touchés par les restrictions. Les autorités ayant estimé qu’ils étaient les plus capables de supporter l’enseignement à distance, beaucoup d’entre eux ne sont venus dans leur établissement qu’une semaine sur trois. 

►À lire aussi : Covid-19: la Suède commence la levée progressive de ses mesures de restriction

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail