Le Royaume-Uni annonce un accord commercial post-Brexit avec l'Australie

Le Premier ministre britannique Boris Johnson (G) et son homologue australien Scott Morrison. Le 14 juin 2021 à Londres.
Le Premier ministre britannique Boris Johnson (G) et son homologue australien Scott Morrison. Le 14 juin 2021 à Londres. REUTERS - HENRY NICHOLLS

Le Royaume-Uni a annoncé mardi 15 juin avoir conclu un accord commercial post-Brexit avec l'Australie, qualifié d’« historique » par le gouvernement britannique. Il s'agit du premier accord obtenu par Londres à ne pas être simplement un renouvellement ou une adaptation de ceux qui existent entre l'UE et d'autres pays, selon un communiqué de Downing Street.

Publicité

Le Premier ministre britannique Boris Johnson et son homologue australien Scott Morrison ont trouvé un accord lors d'un dîner à Downing Street lundi soir 14 juin, selon l'agence de presse PA. « Les deux Premiers ministres ont eu une réunion positive à Londres et ont résolu les problèmes qui persistaient en lien avec un accord de libre-échange », a indiqué à l'AFP un porte-parole du gouvernement australien. Cet accord commercial, qui devra encore être signé, serait le premier obtenu par le Royaume-Uni à ne pas être simplement un renouvellement ou une adaptation des accords qui existent entre l'UE et d'autres pays.

Il suscite toutefois de fortes inquiétudes, y compris au sein du gouvernement mais surtout chez les éleveurs britanniques qui craignent de perdre en compétitivité face à la viande de bœuf et d'agneau australienne.

Michael Gove, ministre chargé de coordonner l'action gouvernementale a souligné mardi sur la BBC que « la majorité des produits australiens vont en Asie, c'est leur marché le plus proche » et que « la proportion de viande australienne qui est susceptible d'arriver au Royaume-Uni va être une assez petite partie de leur production globale ».

« Nous allons maintenir nos normes élevées en ce qui concerne des choses comme le bœuf aux hormones et le poulet (lavé) au chlore », a ajouté Michael Gove, soucieux de rassurer les consommateurs.

S’ouvrir les portes les portes du traité commercial transpacifique

Le gouvernement britannique espère que cet accord avec l'Australie lui ouvrira plus facilement les portes du traité commercial transpacifique (CPTPP), qui regroupe 11 pays d'Amérique et d'Asie. Ces derniers ont autorisé début juin le Royaume-Uni à engager la procédure pour rejoindre ce vaste accord de libre-échange.

Le Royaume-Uni a déjà obtenu des accords avec l'UE et le Japon et est en discussions, en dehors de l'Australie, avec les Etats-Unis, l'Inde et la Nouvelle-Zélande. Des négociations sont prévues avec le Canada et le Mexique.

Londres compte toujours obtenir par ailleurs un accord commercial avec les Etats-Unis, même si les progrès semblent maigres pour l'heure. Il n'a pas été évoqué dans les comptes-rendus de la rencontre entre Boris Johnson et le président américain Joe Biden jeudi à la veille du G7 en Cornouailles (sud-ouest de l'Angleterre).

(avec AFP)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail