Allemagne: l'institution gérant les anciens dossiers de la Stasi est dissoute

Les archives de la Stasi, ancienne police secrète est-allemande, sont conservées au musée Stasi, à Berlin.
Les archives de la Stasi, ancienne police secrète est-allemande, sont conservées au musée Stasi, à Berlin. Tobias SCHWARZ / AFP

Après la réunification, Berlin, contrairement à d’autres pays de l’ex-bloc soviétique, avait décidé de rendre accessibles les archives de la police secrète de l’Allemagne de l’Est communiste, la Stasi. Une administration spéciale avait été créée. Elle est dissoute aujourd’hui. 

Publicité

De notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

Berlin-Est, le 15 janvier 1990: le mur est tombé il y a deux mois, mais les responsables de la Stasi sont toujours en place et travaillent d’arrache-pied pour détruire le maximum de dossiers. Des Allemands de l’Est prennent d’assaut le siège de la police secrète. Ils obtiennent après la réunification que ces archives soient ouvertes. 3,5 millions de demandes ont été déposées depuis par des particuliers qui ont parfois appris qu’ils avaient été espionnés et trahis par des amis, parfois par leurs conjoints.

23 000 documents sonores

111 kilomètres de dossiers, deux millions de photos, 23 000 documents sonores sont disponibles à Berlin comme dans différentes villes de l’ex-RDA. Une autorité est créée pour gérer cet héritage. Elle est rapidement baptisée du nom de l’ancien pasteur est-allemand Joachim Gauck qui deviendra plus tard président de la République.

Après 30 ans, en ce jour symbolique du 17 juin qui marque les soulèvements ouvriers réprimés en RDA en 1953, cette autorité est dissoute. Les archives fédérales récupèrent les dossiers. Elles resteront consultables par les historiens, mais aussi par des particuliers. Ils étaient 37 000 à avoir déposé une telle demande l’an dernier.

► À lire aussi sur RFI Savoirs : Allemagne: vers une limitation de l'accès aux archives de la Stasi?

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail