Allemagne: les conservateurs présentent leur programme pour les prochaines élections

La chancelière allemande Angela Merkel, le chef de l'Union chrétienne-démocrate (CDU) Armin Laschet et le chef de l'Union chrétienne-sociale (CSU) Markus Soeder au congrès de l'Union chrétienne-démocrate (CDU) à Berlin, en Allemagne, le 21 juin 2021.
La chancelière allemande Angela Merkel, le chef de l'Union chrétienne-démocrate (CDU) Armin Laschet et le chef de l'Union chrétienne-sociale (CSU) Markus Soeder au congrès de l'Union chrétienne-démocrate (CDU) à Berlin, en Allemagne, le 21 juin 2021. REUTERS - MICHELE TANTUSSI

L'Allemagne votera dans moins de cent jours, le 26 septembre prochain. Ces élections marqueront la fin de l'ère Merkel après seize années au pouvoir. Son parti, la CDU, était le dernier qui n'avait pas encore présenté son programme. C'est désormais chose faite depuis ce lundi 21 juin. Le candidat à la chancellerie Armin Laschet l'a présenté à la mi-journée aux côtés de Markus Söder, le président du parti frère la CSU bavaroise.

Publicité

Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibault

« Environnement, compétitivité et sécurité sociale » : ce triptyque résume le programme de 139 pages des partis chrétiens-démocrates CDU et CSU. Objectif : prouver que les conservateurs sont les seuls à pouvoir relever les défis climatiques sans mettre à mal le modèle allemand. Les écologistes, qui étaient au coude-à-coude il y a peu avec la droite, sont clairement visés, même s’ils ont reculé depuis. « Oui, nous voulons faire plus pour l’environnement, affirme le président de la CSU bavaroise Markus Söder. Mais on peut faire une politique verte sans les Verts. Nous n’avons pas besoin d’eux. Nous pouvons le faire nous-mêmes. »

Moderniser le pays 

CDU et CSU veulent supprimer un impôt frappant les plus aisés et réduire les charges des entreprises. Ils rejettent toute hausse d’impôts malgré le déficit actuel du budget pour financer les conséquences de la pandémie. Le retour à l’équilibre budgétaire paraît dès lors compliqué à atteindre. Le candidat à la chancellerie, le président de la CDU Armin Laschet, insiste sur la nécessaire modernisation de son pays : « L’Allemagne peut faire mieux pour relever les défis de l’avenir. Nous avons besoin d’une modernisation de notre pays pour l’actuelle décennie. Nous voulons façonner une Allemagne moderne. »

Les chrétiens-démocrates, désormais crédités de 30% des voix, font aujourd’hui la course en tête et sont les favoris des prochaines élections.

► À lire aussi : À la Une: le nouvel élan des conservateurs allemands dans la course à la succession de Merkel

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail