Mer Noire: coups de semonce russes contre un navire britannique, Londres dément

Le «HMS Defender», vu ici le long des côtes britanniques en 2019.
Le «HMS Defender», vu ici le long des côtes britanniques en 2019. Glyn KIRK AFP/File

La Russie a annoncé, ce mercredi 23 juin, avoir tiré des coups de semonce sur la trajectoire d'un navire de guerre britannique pour le chasser des eaux qu'elle revendique en mer Noire, au large de la péninsule de Crimée, annexée par la Russie en 2014. La Grande-Bretagne a, elle, rejeté la version russe de l'incident disant qu'aucune bombe n'avait été larguée. Elle a aussi indiqué que son navire se trouvait dans des eaux appartenant à l'Ukraine et non à la Russie.

Publicité

Pour Igor Delanoë, directeur adjoint de l'Observatoire franco-russe, l'incident, non confirmé (qui intervient à quelques jours des manoeuvres militaires de l'Otan Sea Breeze 2021) illustre une escalade des tensions entre l'Occident et la Russie dans ce couloir maritime contesté : « S’il a eu lieu, c’est un incident quand même d’une gravité assez exceptionnelle. Ce que j’en comprends, en l’absence de vidéo - pour l’instant - qui montre cet accrochage, c’est qu’il y a probablement eu des tirs de semonce, mais en revanche, je n’exclurai pas que les Russes en rajoutent un petit peu sur la démonstration de force à laquelle ils se sont livrés contre la frégate britannique. Je vois, en revanche, un coup de pression que les Britanniques veulent mettre sur les Russes et sur le statu quo qui s’est installée autour de la Crimée depuis son annexion. »

« Désoccupation » de la Crimée

« Les Britanniques, poursuit Igor Delanoë, se font, depuis quelques mois maintenant, les champions de la cause ukrainienne sur ce que les Ukrainiens appellent "la désoccupation de la Crimée" et les Britanniques sont très clairement dans une logique de contention de la Russie. Et évidemment, la mer Noire, historiquement, se prête plutôt bien à ce genre de stratégie si bien que je vois plutôt, une projection de présence à laquelle les Britanniques se sont livrés et plus précisément, venir faire pression sur les Russes au large de la Crimée, puisqu’on sait que c’est un point qui est extrêmement sensible ».

Préoccupation russe

Cet incident s'est déroulé au large de la Crimée, péninsule ukrainienne annexée en mars 2014 par la Russie, qui y dispose d'une base navale et dont les eaux ont déjà fait l'objet de plusieurs incidents par le passé. Selon Londres, le HMS Defender effectuait « un passage innocent dans les eaux territoriales ukrainiennes ». « Nous pensons que les Russes menaient un exercice d'artillerie en mer Noire », a ajouté le ministère britannique sur Twitter. Quelques heures avant l'incident, le président Vladimir Poutine avait répété que son pays était « préoccupé par le renforcement en cours des capacités et infrastructures militaires de l'Otan à proximité des frontières russes ».

►À lire aussi Ukraine: Antony Blinken à Kiev pour témoigner du soutien «indéfectible» des États-Unis

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail