Covid-19: Boris Johnson annonce la fin prochaine des restrictions au Royaume-Uni

Boris Johnson lors de la conférence de presse virtuelle à Downing Street, le 5 juillet 2021.
Boris Johnson lors de la conférence de presse virtuelle à Downing Street, le 5 juillet 2021. DANIEL LEAL-OLIVAS POOL/AFP

Le Premier ministre Boris Johnson a dévoilé lundi soir en conférence de presse les grandes lignes de la dernière étape du déconfinement au Royaume-Uni. Elle aura lieu le 19 juillet alors que les cas de variant Delta doublent actuellement tous les neuf jours dans le pays. 

Publicité

Avec notre correspondante à Londres, Claire Digiacomi 

Retrouver la vie d'avant en comptant sur les vaccins et sur le bon sens des Britanniques, c'est le pari de Boris Johnson. Il a confirmé que presque toutes les restrictions sanitaires seraient abandonnées le 19 juillet.

Plus de télétravail, plus de jauges dans les grands événements, réouverture des discothèques et surtout, plus de masque obligatoire en intérieur ou dans les transports en commun. 

Le Royaume-Uni pourrait pourtant compter 50 000 nouveaux cas quotidiens d'ici deux semaines, mais pour le Premier ministre, la réouverture, c'est maintenant ou jamais.

« Si nous ne rouvrons pas complètement dans les prochaines semaines, alors que nous serons aidés par l'arrivée de l'été et par les vacances scolaires, quand est-ce que nous pourrons revenir à la normale ? Si on repousse encore, ce sera pendant l'hiver, quand le virus aura un avantage, ou peut-être que ce ne sera même pas cette année. »

À lire aussi : Covid-19: face à la propagation du variant Delta, le Royaume-Uni table sur la vaccination

Boris Johnson s'appuie sur la vaccination, qui a très fortement réduit le nombre d'hospitalisations et de décès. Mais ces annonces divisent la population et la classe politique. L'opposition travailliste dénonce des mesures « dangereuses ». Et certains scientifiques redoutent l'apparition de nouveaux variants puisque le virus circule très rapidement. Le Premier ministre estime que la pandémie est loin d'être terminée, mais qu'il faut « vivre avec ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail