En visite dans la partie nord de l’île, Erdogan plaide encore pour la partition définitive de Chypre

Le président turc Erdogan devant les membres du Parlement de la République turque de Chypre du Nord, le 19 juillet 2021.
Le président turc Erdogan devant les membres du Parlement de la République turque de Chypre du Nord, le 19 juillet 2021. via REUTERS - Murat Cetinmuhurdar/PPO

Recep Tayyip Erdogan a une fois de plus plaidé ce lundi 19 juillet en faveur d’une partition définitive de Chypre, au cours d’une visite de deux jours dans la partie nord de l’île, reconnue uniquement par Ankara. Le chef de l’État turc, qui s’exprimait devant l'Assemblée de la République turque de Chypre du Nord, continue donc de se montrer intransigeant, malgré les mises en garde de l’Union européenne.

Publicité

Avec notre correspondante à Istanbul, Anne Andlauer

Ce n’était certainement pas ce que la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, avait en tête lorsqu’elle espérait au début du mois un « signal positif » du chef de l’État turc au cours de sa visite dans la partie nord de Chypre.

Devant les députés chypriotes turcs, Recep Tayyip Erdogan a plaidé une fois de plus, et en des termes virulents, pour une solution à deux États : « Le Turc tient ses promesses, mais le Chypriote grec ne les tient pas. Ils continuent avec leur attitude malhonnête en faisant semblant de défendre le modèle d’une Fédération qu’ils rejettent depuis des années… Il n’est plus possible pour nous de les croire, et de perdre 50 ans de plus ! Sur Chypre, il y a deux États et deux peuples. Tôt ou tard, la communauté internationale acceptera cette réalité. »

► À lire aussi : Le président turc Erdogan en République turque de Chypre du Nord, une visite suivie de près par l'UE

Le président turc se montre donc inflexible sur son souhait d’une partition définitive de l’île, au risque d’accroître les tensions avec l’Union européenne. Dans son discours, Recep Tayyip Erdogan a également accusé la partie grecque de violer les droits des Chypriotes turcs dans le partage des réserves d’hydrocarbures en Méditerranée orientale. Il a promis de « continuer à y défendre les droits et les intérêts du peuple chypriote turc, comme nous y protégeons les nôtres ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail