Royaume-Uni: des milliers d'Européens de plus de 65 ans potentiellement en situation irrégulière

Au Royaume-Uni (ici dans le métro de Londres, le 19 juillet 2021), les ressortissants européens installés depuis des années avaient jusqu'au 30 juin pour régulariser leur situation.
Au Royaume-Uni (ici dans le métro de Londres, le 19 juillet 2021), les ressortissants européens installés depuis des années avaient jusqu'au 30 juin pour régulariser leur situation. AFP - TOLGA AKMEN

Les Européens devaient avoir rempli le Settled status (statut de résident permanent), un document les autorisant à rester sur le territoire, avant le 30 juin. Selon un rapport parlementaire, seuls 2% des plus de 65 ans se sont inscrits, loin de refléter la part des retraités européens. 

Publicité

Avec notre correspondante à Londres, Marie Boëda

Louer un appartement, se faire soigner à l’hôpital public. Des milliers d'Européens pourraient ne plus y avoir accès. Voilà une conséquence concrète du Brexit. Et ce rapport parlementaire précise que les plus âgés risquent d’être pénalisés. 

Six millions de personnes ont postulé ce Settled status. Désormais, c’est le seul et unique document autorisant un Européen à vivre et travailler au Royaume-Uni. L’association 3 millions, créée juste après le Brexit, s’arrache les cheveux pour savoir qui n’a pas postulé.

« Au Royaume-Uni, nous ne pouvons pas savoir combien de personnes auraient dû s’inscrire au Settled status, car il n’y a jamais eu d’estimation réelle pour les citoyens européens, explique une responsable de l'organisation. Nous savons que dans la population, en général, plus de 18% des personnes ont plus de 65 ans. Nous sommes donc très inquiets à l’idée que de nombreux Européens de plus de 65 ans n’aient pas fait la demande. »

Certains se pensent dispensés parce qu'ils vivent sur le territoire depuis très longtemps. Cette inscription se faisait uniquement sur internet. Même pas de papier à la fin puisque tout est numérique. De quoi en décourager certains, surtout les plus âgés qui n’ont pas l’habitude de faire les démarches administratives depuis un ordinateur. Des associations demandent au gouvernement la mise en place d’un document physique. 

► À écouter aussi : Les résidents européens pris au piège du Brexit (Accents d'Europe)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail