La Russie bloque les sites des organisations et proches de Navalny

Un graffiti représentant Alexeï Navalny à Saint-Pétersbourg, le 28 avril 2021. On peut y lire: «Le héros du nouvel âge». Il a été rapidement supprimé par les autorités qui répriment toutes les voix discordantes.
Un graffiti représentant Alexeï Navalny à Saint-Pétersbourg, le 28 avril 2021. On peut y lire: «Le héros du nouvel âge». Il a été rapidement supprimé par les autorités qui répriment toutes les voix discordantes. REUTERS - ANTON VAGANOV

Roskomnadzor, l’agent de régulation des télécommunications russes, a fait bloquer 49 sites liés à Alexeï Navalny. Une mesure qui vise à entraver les activités des partisans de l’opposant emprisonné depuis le mois de janvier avant les élections législatives du mois de septembre prochain. 

Publicité

Avec notre correspondant à Moscou,  Jean-Didier Revoin

À moins de deux mois des législatives, les autorités russes ont porté un nouveau coup aux partisans d’Alexeï Navalny. Son site internet, ceux de certains de ses proches comme Lioubov Sobol ont été bloqués par la justice.

En fait, tous les sites liés aux organisations qui gravitent autour de l’opposant sont devenus inaccessibles depuis la Russie. Pour Leonid Volkov, proche collaborateur de l’opposant qui vit en Lituanie et dont le site a également été bloqué, cette mesure a pour but de compliquer les activités de ses partisans avant les législatives de septembre.

À lire aussi : Répression en Russie: «Une déflagration autoritaire pour casser l’opposition»

Une exception notable toutefois : le site du système de vote intelligent développé par l’opposant est toujours actif. En s’y inscrivant, les électeurs qui le souhaitent recevront pour chaque circonscription le nom du candidat le mieux placé en mesure de battre celui de Russie Unie, le parti au pouvoir.

En juin dernier, la justice russe avait qualifié d’extrémistes les organisations d’Alexeï Navalny, entraînant leur dissolution, d’autant plus que depuis le mois de juin, les collaborateurs de telles organisations risquent de lourdes peines de prison et sont inéligibles.

À lire aussi : En Russie, une loi et des arrestations pour mettre l’opposition sur la touche

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail