Reportage

L'ouest de la Sibérie frappé par des dizaines d'incendies

Cette photo aérienne prise depuis un avion le 27 juillet 2021, montre la fumée s'élevant d'un incendie de forêt à l'extérieur du village de Berdigestyakh, dans la république de Sakha, en Sibérie.
Cette photo aérienne prise depuis un avion le 27 juillet 2021, montre la fumée s'élevant d'un incendie de forêt à l'extérieur du village de Berdigestyakh, dans la république de Sakha, en Sibérie. © AFP - DIMITAR DILKOFF

En Sibérie, où les feux redoublent de puissance tous les ans, la situation est devenue incontrôlable. Dans la Carélie, une région située à l'est de la Finlande, les Russes ont découvert pour la première fois cette année la sécheresse, et en conséquence les incendies de grande ampleur.

Publicité

Avec notre envoyé spécial à Koudama, Paul Gogo

Vita, la trentaine, a eu la peur de sa vie lorsqu'elle a vu de grands nuages de fumée arriver au-dessus de son village, Koudama à l'ouest de la Russie. Dans son jardin, cette sportive spécialiste des courses de chien de traîneau a une centaine de chiens à sa charge. On imagine donc aisément son stress lorsque le feu est arrivé à un kilomètre de chez elle la semaine dernière.

« Quand le danger est arrivé, et que les pompiers sont arrivés, nous étions déjà sur le terrain. Mon mari a passé trois jours avec eux à éteindre les feux. Des entreprises forestières ont amené des bulldozers, ils ont creusé des bandes anti-feu pour entourer les flammes », raconte l’habitante de ce village sauvé de justesse.

« C'est la première fois qu'on voit des incendies d'une telle ampleur »

Depuis début juillet, une quarantaine d'incendies se sont déclenchés dans ces forêts de Carélie et plus de 11 000 hectares ont brûlé. Les précipitations tant attendues tardent à venir. Une première dans cette région d'ordinaire humide.

Les arbres, brûlés en leur base, s'effondrent désormais comme des dominos, empêchant les secours de circuler sur les chemins forestiers. Ivan et Anna, des habitants de la région, sont venus participer au nettoyage de ces chemins. « C'est normal, tous les habitants de Carélie doivent aider. Qui le fera si ce n'est pas nous ? Ça fait 9, 10 ans, que je vis ici, c'est la première fois qu'on voit des incendies d'une telle ampleur », témoigne-t-il.

Ivan est à la tronçonneuse, de son côté, Anna tente, en vain, d'éteindre des racines en feu. L'eau boue à même le sol.

Secouristes, militaires et bénévoles continuent leur combat quotidien contre le feu, mais la guerre est encore loin d’être gagnée. De nombreuses autres régions du pays sont également en proie aux flammes. Lundi, la Finlande a annoncé craindre que les incendies de Carélie ne parviennent jusqu'à son territoire.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail