UE: le choix de Mark Gitenstein comme ambassadeur des États-Unis signe d’un rapprochement

Mark Gitenstein, nouvel ambassadeur des États-Unis auprès de l'Union européenne. Photo prise en 2012.
Mark Gitenstein, nouvel ambassadeur des États-Unis auprès de l'Union européenne. Photo prise en 2012. DANIEL MIHAILESCU AFP

Le président américain Joe Biden a décidé de nommer Mark Gitenstein comme futur ambassadeur des États-Unis auprès de l’Union européenne. Un nouveau signe de rapprochement entre les diplomaties américaines et européennes.

Publicité

Avec notre correspondant à Bruxelles, Pierre Benazet

L’annonce en a été faite par la Maison Blanche mardi 27 juillet et ce mercredi, elle est accueillie positivement. La nomination de Mark Gitenstein ne sera effective que lorsqu’il aura passé sous les fourches caudines d’une confirmation par le Sénat. Les institutions européennes se réjouissent déjà publiquement de sa nomination et l’attendent de pied ferme. Le président du Conseil européen Charles Michel se félicite de la nomination de Mark Gitenstein et espère qu’il sera adoubé par le Sénat.

Les Européens voient dans cette annonce de la Maison Blanche une nouvelle manifestation du rapprochement avec l’Union européenne voulu par le nouveau président. Mark Gitenstein est un proche de longue date de Joe Biden et, pour les Européens, c’est une sorte de garantie qu’il aura l’oreille du président pour faire avancer les nombreux dossiers transatlantiques, en particulier pour les différends commerciaux qui subsistent encore après l’accord sur Boeing-Airbus.

C’est d’autant plus un renouveau que le poste d’ambassadeur des États-Unis auprès de l’Union européenne n’était plus occupé que par une chargée d’affaires et auparavant par intérim par l’ambassadeur américain auprès du royaume de Belgique. Une situation qui reflétait le peu d’intérêt pour l’Europe de Donald Trump. Elle durait depuis le départ début 2020 du dernier ambassadeur, Gordon Sondland, empêtré dans des accusations de harcèlement sexuel aux États-Unis. Il avait surtout été accusé d’avoir mené une diplomatie parallèle au profit de Donald Trump pour essayer d’obtenir en Ukraine une enquête à charge contre la société du fils de Joe Biden.

►À lire aussi : Merkel aux États-Unis: « L'Allemagne doit toujours donner des garanties pour s’assurer de l’amitié américaine »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail