Allemagne: un des derniers ex-gardiens de camp de concentration encore en vie sera bientôt jugé

Une vue à travers la porte ouverte de l'ancien camp de concentration nazi de Sachsenhausen, le 16 avril 2020. Fin avril 2020 marquait le 75e anniversaire de la libération des prisonniers du camp.
Une vue à travers la porte ouverte de l'ancien camp de concentration nazi de Sachsenhausen, le 16 avril 2020. Fin avril 2020 marquait le 75e anniversaire de la libération des prisonniers du camp. © AFP/ArchivosTOBIAS SCHWARZ / AFP

C'est une course contre la montre pour la justice allemande qui tente sur le tard de juger des personnes complices de l'Holocauste. D'après le quotidien Welt am Sonntag de ce dimanche, un procès doit s'ouvrir en octobre contre un centenaire. L'homme était en poste au camp de Sachsenhausen près de Berlin.

Publicité

De notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

Si son procès s’ouvre comme prévu en octobre, cet ancien membre de la SS sera l’accusé le plus âgé à devoir répondre de ses actes comme gardien d’un camp de concentration. Il s’agira d’une des dernières procédures en raison du grand âge des quelques personnes encore poursuivies.

Le centenaire a été en poste au camp de Sachsenhausen au nord de Berlin entre 1942 et 1945. Un camp où au total 200 000 personnes ont été internées, 20 000 d’entre elles n’ont pas survécu. L'homme est accusé de complicité de meurtre sur 3 500 personnes.

Le tribunal de Neuruppin estime qu'il est en mesure de suivre des audiences de deux heures à deux heures et demi par jour. Le centenaire avait certes été interné par les Soviétiques après la guerre, mais n’a jamais été poursuivi même en RDA où il a vécu ni depuis la réunification.

Ce cas fait partie des dernières procédures encore en cours contre des gardiens de camps ; plusieurs n’ont pu être menées à bout en raison du grand âge des personnes concernées.

Depuis dix ans, la jurisprudence allemande a évolué. Il n’est plus nécessaire qu’un accusé ait lui même tué des prisonniers ou donné les ordres. Avoir été un rouage même modeste de l’Holocauste autorise désormais des poursuites pour complicité de meurtres.

► À lire aussi : Allemagne: vers une suppression des dernières lois nazies

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail