Covid-19: l'OMS appelle à un moratoire sur les rappels de vaccins

Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d'une conférence de presse à Genève, le 3 juillet 2020.
Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d'une conférence de presse à Genève, le 3 juillet 2020. REUTERS - POOL New

Alors qu'Israël a commencé à vacciner sa population d'une dose de rappel de vaccin contre le Covid pour faire face au variant Delta, l'OMS appelle à un moratoire jusqu'à fin septembre. L'institution estime qu'il est urgent de réserver ces doses aux pays dont la couverture vaccinale est quasiment inexistante.

Publicité

Tous les pays ne sont pas égaux face à la vaccination. Pour l'heure, 80% des doses de vaccins contre le Covid sont allés à des pays à revenu élevé ou moyen : quand en Europe, plus de la moitié de la population est entièrement immunisée, au Burundi, par exemple, pas une seule dose n'a été administrée. 

C'est pourquoi lorsque les pays les plus riches et les plus avancés en terme de vaccination envisagent des campagnes pour l'injection d'une troisième dose - comme c'est déjà le cas d'Israël et bientôt de l'Allemagne - cela fait bondir le patron de l'OMS. 

À lire aussi : Troisième dose de vaccin: le patron de l'OMS dénonce l'égoïsme des pays riches

Et c'est justement parce qu'il est urgent d'inverser la tendance ou du moins de l'égaliser, qu'il appelle à un moratoire sur les doses de rappel jusqu'à la fin du mois de septembre minimum. Trouvant plus urgent de mettre ces doses à la disposition des pays avec une faible couverture vaccinale

Ces doses pourraient soulager l'Afrique dans son ensemble. Le Sénégal par exemple, dont seulement 2% de la population est entièrement vaccinée (d'après Our World in Data). Dans un pays durement touché par une troisième vague, soumettant les services de réanimations à une forte pression, l'engouement de la population pour aller se faire vacciner existe bel et bien. Ce qui manque c'est l'offre de vaccins. Or, le Sénégal souhaiterait atteindre l'objectif de 90% de vaccinés avant la fin de l'année, selon Ousseynou Badiane, coordinateur du programme élargi de vaccination.

Au lieu de se payer le luxe d'une troisième dose de vaccin, je pense qu'on devrait penser plus à l'Afrique [...] D'autant que même si les pays du Nord se protègent, si le reste du globe n'est pas protégé, ils ne seront jamais à l'abri. Cela va favoriser les mutations du virus [...] Vu que tout le monde est à risque avec ce variant Delta, l'objectif est de couvrir au moins 90% des sujets de plus de 18 ans, et là on est à moins de 10%...

Ousseynou Badiane

Washington rejette l'appel de l'OMS

Malgré la mise en place du dispositif Covax, un programme international de lutte contre l'inégalité vaccinale, rares sont les pays riches ainsi que les groupes pharmaceutiques à fournir en doses ceux qui en ont le plus besoin. C'est pourquoi l'OMS rappelle qu'il serait urgent de s'entraider pour ralentir l'épidémie à l'échelle planétaire. Une recommandation qui risque de ne pas être appliquée au regard de l'attitude adoptée depuis 18 mois.

La Maison Blanche a rejeté l'appel de l'OMS estimant que les États-Unis n'avaient « pas besoin » de choisir entre administrer des troisièmes doses à leurs citoyens ou en faire don à des pays pauvres. « C'est une fausse alternative », a souligné le porte-parole de la Maison Blanche. « Nous pensons que nous pouvons faire les deux » et « nous n'avons pas besoin de choisir » entre administrer des rappels aux Américains, ce qui n'est d'ailleurs pas encore officiellement prévu, ou aider les pays pauvres.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail