La Lituanie commence à refouler les migrants en provenance de la Biélorussie voisine

Des soldats de l'armée lituanienne installent du fil barbelé à lames tranchantes à la frontière avec la Biélorussie à Druskininkai, en Lituanie, le 9 juillet 2021.
Des soldats de l'armée lituanienne installent du fil barbelé à lames tranchantes à la frontière avec la Biélorussie à Druskininkai, en Lituanie, le 9 juillet 2021. REUTERS - JANIS LAIZANS

Faisant face à un nombre toujours plus important de migrants - plus de 4 000 depuis le début de l'année -, la Lituanie autorise depuis lundi leur refoulement à la frontière. Le pays arrive au bout de ses capacités d’hébergement et accumule les preuves qu’il s’agit d’un trafic organisé par le voisin biélorusse.

Publicité

Avec notre correspondante à Vilnius, Marielle Vitureau

Le scénario est bien rôdé. Les migrants prennent un vol direct pour Minsk depuis Bagdad, Erbil ou d’autres villes d’Irak. Puis ils sont ensuite accompagnés par des passeurs jusqu’à la frontière lituanienne. Les forêts et les champs ne sont pas difficiles à franchir pour se retrouver dans l’Union européenne.

► À lire aussi : Des migrants démunis passent de Biélorussie en Lituanie

Depuis lundi soir, le passage est devenu pourtant beaucoup plus compliqué. Les gardes-frontières ont le droit de refouler les migrants : 180 dès la première nuit, ont annoncé les autorités.

Il ne s’agit pas d’une voie de migration normale, mais d’une attaque hybride orchestrée par Minsk. Pour appuyer ses propos, la ministre de l’Intérieur a diffusé des images tournées par Frontex. On y voit les forces biélorusses en train d’emmener les migrants vers les points de passage.

Des voix se sont élevées en Lituanie pour mettre en doute la légalité des refoulements. Mais pour le gouvernement, c’est le seul moyen de faire face alors que les capacités d’hébergement sont proches de la saturation. 

La construction physique d’une barrière est désormais la priorité numéro un du gouvernement quel qu’en soit le coût. Mardi prochain, le Parlement votera pour accorder aux militaires les mêmes prérogatives que les gardes-frontières.

À lire aussi : Afflux de migrants en Lituanie: l'UE prête à apporter son aide à Vilnius

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail