L’ex-dirigeant de l’ETA Josu Ternera relaxé en France, l’Espagne s’indigne et exige son extradition

L'ancien leader du groupe terroriste basque ETA, Josu Antonio, à Paris le 2 octobre 2020.
L'ancien leader du groupe terroriste basque ETA, Josu Antonio, à Paris le 2 octobre 2020. AFP - JOEL SAGET

L’absolution de Josu Antonio Urrutikoetxea Bengoetxea, alias Josu Ternera, en France ne laisse pas indifférent en Espagne. Il y est en effet l’un des visages les plus marquants de l’organisation séparatiste basque ETA, dissoute en 2018 et qui en 60 ans d’activité terroriste a été responsable de la mort de 864 personnes. Son extradition y est attendue de pied ferme, mais il doit encore répondre une dernière fois à la justice française.

Publicité

Avec notre correspondant à Madrid, François Musseau

Depuis des années, plusieurs tribunaux de l’Audience nationale à Madrid, la principale instance s’occupant des affaires terroristes en Espagne, attendent de juger Josu Ternera. Autant dire que la trajectoire judiciaire en France de celui qui fut l'un des dirigeants historiques de l’organisation armée séparatiste ETA intéresse ici au premier chef.

D’abord soupçonné d’avoir continué ses liens avec l’organisation de 2011 à 2013, Josu Ternera a été absous en France, mais à 70 ans, il n’est pas encore sorti de ses démêlés judiciaires : il doit encore répondre d’une accusation d’appartenance à l’ETA entre 2002 et 2005. Et l’Espagne, de façon unanime, espère que l’extradition pourra finalement se produire et qu’aura lieu un grand procès contre cet homme.

Celui qui a fui vers la France dès la fin des années 1970 a ensuite été arrêté, mis en liberté conditionnelle, avant de devenir député séparatiste au Parlement basque, pour de nouveau passer 17 ans dans la clandestinité en France… avant son arrestation en 2019.

Les associations de victimes parlent de Josu Ternera comme l’un des chefs d’ETA les plus sanguinaires, beaucoup l’ont d’ailleurs surnommé le « boucher basque ». Il dirigeait l’organisation terroriste basque lorsque se produisit son pire massacre : l’assassinat de 21 personnes dans un supermarché de Barcelone en 1987, dont 4 enfants.

À lire aussi : ETA: le mea culpa historique d'une organisation en voie de disparition

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Suivez toute l'actualité internationale en téléchargeant l'application RFI