L'Italie veut défendre son Prosecco face à la concurrence du Prošek croate

Le Prosecco italien doit désormais faire face à la concurrence du Prošek croate (image d'illustration).
Le Prosecco italien doit désormais faire face à la concurrence du Prošek croate (image d'illustration). Getty Images via AFP - ASTRID STAWIARZ

Après la France qui a suspendu pendant plusieurs semaines ses exportations de champagne en Russie, en réaction à la décision de Moscou de réserver l'appellation « champagne » aux vins pétillants russes, l'Italie est décidée à se battre avec force contre le Prošek croate. Zagreb a effet demandé à la Commission européenne la protection géographique du Prošek, un vin blanc traditionnel, produit en Dalmatie, dont le nom évoque irrésistiblement le Prosecco italien.

Publicité

De notre correspondante à Rome,

Pour l'Italie, c'est un véritable outrage au célèbre vin pétillant, exclusivement produit dans le nord-est du pays. La bataille s'annonce très rude puisque la Croatie vient d'obtenir un premier avis favorable pour son Prošek. Et l'Italie n'a que deux mois pour présenter ses recours. Mais la mobilisation prend forme à tous les niveaux pour défendre le Prosecco.

Le ministère italien de l'Agriculture entend bien utiliser tous les arguments possibles pour s'opposer à la demande de reconnaissance du Prošek. Les producteurs de Prosecco en Vénétie et dans le Frioul sont sur le pied de guerre pour défendre leur vin effervescent, classé en catégorie « Dénomination d’Origine Contrôlée ». Et le président de la Vénétie, Luca Zaia, membre de la Ligue de Matteo Salvini, tire à boulets rouges contre Bruxelles. Ce dernier, pourtant plus modéré que Salvini, n'a pas hésité à déclarer : « À quoi sert une Europe qui ne défend pas l'identité des terroirs et qui ne connaît pas l'histoire du Prosecco ? »

Symbole de la convivialité à l'italienne

Les origines du Prosecco remonteraient au IIe siècle avant Jésus-Christ et son nom serait issu des vignes du golf de Trieste, « Torre di Prosecco ». Mais le Prosecco de notre époque est évidemment incomparable à celui de l'antiquité. C'est un vin blanc à fine bulles, à la fois vivace et aux arômes subtilement fruités, dont le taux d'alcool ne dépasse pas 12 degrés. On le boit de préférence l'année qui suit la vendange à une température de 6 degrés, et dans un verre à pied, légèrement évasé. C'est un des plus grands symboles de convivialité à l'italienne. On le sert en apéritif ou pour accompagner des fruits de mer, un plat de pâtes ou encore du poisson. Un de ses avantages, très appréciable, c'est son prix car on peut trouver un Prosecco d'excellente qualité à moins de 13 euros la bouteille.

Ces bouteilles se vendent comme des petits pains en Italie et s'exportent dans le monde entier. Cela permet de comprendre un peu mieux la colère de nos cousins transalpins contre le Prošek croate qui se place en rival. Chaque année, plus de 500 millions de bouteilles de Prosecco sont produites dont 45% sont destinées à l'exportation. C'est vraiment une spécialité qui représente le savoir-faire italien dans le secteur de la viticulture et, bien sûr, le charme de la « Dolce Vita ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail