Dieselgate: quatre anciens responsables de Volkswagen face à la justice allemande

Un ancien responsable de Volkswagen s'entretient avec son avocate au début du procès du Dieselgate à Braunschweig, en Allemagne, le 16 septembre 2021.
Un ancien responsable de Volkswagen s'entretient avec son avocate au début du procès du Dieselgate à Braunschweig, en Allemagne, le 16 septembre 2021. REUTERS - POOL

Six ans après, le Dieselgate fait toujours parler de lui. Ce jeudi, un procès au pénal s'est ouvert à Braunschweig en Allemagne contre quatre anciens responsables de Volkswagen. 

Publicité

Ils sont quatre sur le banc des accusés. Le premier, Heinz-Jakob Neußer, est l'ancien responsable du développement des moteurs du groupe puis directeur technique de la marque Volkswagen. Les trois autres ingénieurs, Jens H., Hanno J. et Thorsten D., avaient occupé plusieurs postes à responsabilités dans les unités de développement technique, de l'électronique aux systèmes de traitement des émissions.

« Fraude en bande organisée » et « fraude fiscale aggravée »

La lecture de l’acte d’accusation a duré une heure et demie. Le procureur a estimé que les quatre accusés avaient joué un rôle central dans l’affaire des moteurs diesel truqués de Volkswagen, indique notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut. Leur but était, pour le parquet, de maximiser les profits de leur entreprise auxquels étaient liés les bonus qui leur étaient reversés. 

Tous sont accusés de « fraude en bande organisée » et « fraude fiscale aggravée » liées à ce scandale mondial qui a éclaté en septembre 2015, quand le premier constructeur allemand a reconnu avoir truqué 11 millions de voitures pour qu'elles affichent des niveaux d'émission d'oxydes d'azote inférieurs à la réalité.

L'accusation de fraude concerne quelque 9 millions de véhicules qui ont été vendus en Europe et aux États-Unis avec un dommage pour les clients de « plusieurs centaines de millions d'euros », selon l'accusation. Le volet fiscal porte sur plus de 800 000 euros de taxes non perçues par l'État, les voitures moins polluantes bénéficiant d'une fiscalité plus avantageuse.

L'ancien patron de Volkswagen absent

Le procès a cependant perdu en importance, en raison de l'absence de l’ancien PDG de Volkswagen Martin Winterkorn. Celui qui a dirigé le géant automobile allemand de 2007 à 2015 est accusé d’avoir été au courant des pratiques de son entreprise au printemps 2014 sans rien faire pour les empêcher. Mais Martin Winterkorn ayant récemment subi une intervention chirurgicale, la justice a décidé la semaine passée de scinder la procédure, repoussant sine die son procès.

L'audience qui s'ouvre à Brunswick, non-loin du siège historique du constructeur, sera tout de même le deuxième grand procès pénal en Allemagne lié au Dieselgate, et le premier impliquant directement des anciens employés de Volkswagen. Celui visant Rupert Stadler, ancien patron d'Audi, filiale du groupe, a débuté il y a un an et est toujours en cours. Cette nouvelle procédure avec des dossiers contenant 75 000 pages sera un procès au long cours qui durera au moins jusqu’en 2023.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Suivez toute l'actualité internationale en téléchargeant l'application RFI