La stratégie indo-pacifique de l’Union européenne face au pacte trilatéral Aukus

Josep Borrell, chef de la diplomatie européenne (notre photo): la création de l'Aukus «ne fait que souligner que la région (indo-pacifique, NDLR) est très importante pour notre sécurité, pour nos capacités économiques».
Josep Borrell, chef de la diplomatie européenne (notre photo): la création de l'Aukus «ne fait que souligner que la région (indo-pacifique, NDLR) est très importante pour notre sécurité, pour nos capacités économiques». Olivier Hoslet Pool/AFP/Archivos

Hasard du calendrier, c’est quelques heures à peine après l’annonce de l’alliance Aukus entre l’Australie, le Royaume-Uni et les États-Unis que l’Union européenne a présenté à Bruxelles sa stratégie pour se positionner et raffermir les liens avec les pays qui bordent les océans Indien et Pacifique. La stratégie indo-pacifique de l’UE est la dernière manifestation en date de la volonté d’Ursula von der Leyen d’inscrire une Europe géopolitique parmi les priorités de sa présidence de la Commission européenne et la concomitance des dates démontre à l’envi le rôle d’aimant que ces régions jouent désormais dans l’équilibre mondial.

Publicité

Avec notre correspondant à Bruxelles, Pierre Benazet

La région indo-pacifique, c’est pour les Européens 12 000 milliards d’euros d’investissements annuels, soit le double des États-Unis, c’est le deuxième marché des exportations de l’Union européenne. Bref, c’est l’avenir, selon Charles Michel, le président du Conseil européen.

Quelle « autonomie stratégique européenne » ?

Le centre de gravité mondial se déplace donc vers cette région, selon Josep Borrell, le chef de la diplomatie européenne. Et pour lui, l’alliance dévoilée par les États-Unis, l’Australie et le Royaume-Uni vient à point nommé pour démontrer la nécessité d’une stratégie européenne autonome dans la région indo-pacifique : « Cette alliance ne fait que souligner que la région est très importante pour notre sécurité, pour nos capacités économiques. Cela nous oblige à réfléchir à la nécessité de porter haut la question de l’autonomie stratégique européenne ».

Accords et partenariats

La stratégie européenne repose sur une large palette d’initiatives qui comprennent en particulier des accords de libre-échange avec l’Australie, la Nouvelle-Zélande et l’Indonésie ou encore des accords de partenariat avec la Malaisie et la Thaïlande. Il y aura aussi des partenariats pour la gestion des océans, pour le numérique ou le changement climatique, pour la recherche ou par exemple pour la santé, de manière à permettre aux Européens de s’implanter durablement dans la région indo-pacifique.

À lire aussi : L'affaire des sous-marins australiens révélatrice de la stratégie américaine dans le Pacifique

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Suivez toute l'actualité internationale en téléchargeant l'application RFI