À Samos, la Grèce inaugure un nouveau «centre fermé» pour demandeurs d'asile

Photo du nouveau « centre fermé » destiné à l'accueil des demandeurs d'asile sur l'île grecque de Samos, inauguré le 18 septembre 2021.
Photo du nouveau « centre fermé » destiné à l'accueil des demandeurs d'asile sur l'île grecque de Samos, inauguré le 18 septembre 2021. AP - Michael Svarnias

Les autorités grecques ont officiellement inauguré ce week-end un nouveau type de camp de réfugiés à Samos. Sur cette île de la mer Égée, voisine de la Turquie, l’ancien camp de Vathy, accolé à la ville du même nom, est voué à disparaître au profit de la nouvelle structure baptisée « centre fermé à l'accès contrôlé ». Un site qui semble offrir à la fois des progrès en termes de confort et des reculs en termes de liberté. 

Publicité

De notre envoyé spécial à Samos, 

« Depuis Samos, nous envoyons un message à toutes les îles grecques : les images des camps de Moria à Lesbos ou ici de Vathy appartiennent désormais au passé, a annoncé Notis Mitarakis, le ministre grec des Migrations. Aujourd’hui, l’image qui les remplace est celle de ce nouveau camp fermé à l’accès contrôlé qui offre des conditions de vie humaines, des systèmes de sécurité modernes et de l’ordre. » 

Début 2020, le camp de Vathy, où les demandeurs d’asile étaient jusqu’à présent rassemblés sur les hauteurs de la capitale de l’île, comptait près de 7 000 personnes contre 500 aujourd’hui. C’était essentiellement un bidonville surpeuplé couvert de tentes, dont les résidents cohabitaient par la force des choses avec les habitants de la petite ville portuaire.

Le nouveau camp, lui, est situé dans une cuvette, au milieu de nulle part, à 8 kilomètres de la ville. Une façon d'apaiser une population locale régulièrement exaspérée par la présence prolongée des migrants depuis 2015. Ce qui frappe, sur place, c’est avant tout la double série de grilles surmontées de barbelés qui entourent la structure du centre. Ses dizaines de préfabriqués peuvent accueillir 3 000 personnes, dont un tiers dans un centre de détention pour ceux dont la demande d’asile est rejetée. Sa visite n’était pas au programme de l’inauguration.

Plus de confort, moins de liberté

Pour la partie visible, le camp offre quelques éléments de confort, comme l’air conditionné dans les dortoirs, plusieurs terrains de sport ou des aires de jeux pour les enfants. Des éléments à mettre en balance avec la structure ultra-sécuritaire du lieu, gardé à la fois par la police et une compagnie de sécurité privée.

Les Grecs ont présenté avec une certaine fierté ce nouveau camp, soutenu par Bruxelles et financé par des fonds européens. Un soutien incarné sur place par une représentante de la Commission européenne. Dans son discours, le ministre grec des Migrations a affirmé que ce camp « rendait leur dignité perdue » aux demandeurs d’asile grâce à des conditions de vie plus « humaines ». Il a aussi mis en avant « des systèmes de sécurité modernes », le camp étant notamment doté de caméras, de portes magnétiques ou encore de scanners à rayon X.

« On me transfère en prison »

Beaucoup d’ONG voient en revanche ce nouveau camp comme une forme de prison et une partie des demandeurs d’asile du camp de Vathy craignent à présent d’être moins libres et plus isolés.

Zorouelli, un Syrien de 23 ans qui vit sous une tente à Samos depuis deux ans, s’inquiète de son transfert imminent. « Ce n’est pas un nouveau camp, mais une nouvelle prison pour réfugiés. C’est pour cela que ce nouveau camp est situé loin, à huit kilomètres de la ville. En ce moment, je suis dans le camp de Vathy, mais nous serons emmenés là-bas ce lundi. On me transfère en prison. »

Ce type de camp de « nouvelle génération », comme l’a qualifié la représentante de la Commission européenne, est prévu pour essaimer sur les quatre autres îles de la mer Égée qui accueillent des centres dits « de réception et d’identification ». À Kos et Leros d’abord, puis à Chios et Lesbos en 2022. C’est en tout cas l’espoir des autorités grecques et de l’Europe.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Suivez toute l'actualité internationale en téléchargeant l'application RFI