Allemagne: dernier grand débat entre les candidats à la succession d'Angela Merkel

Les candidats aux élections législatives allemandes lors du dernier débat télévisé à Berlin, le 23 septembre 2021.
Les candidats aux élections législatives allemandes lors du dernier débat télévisé à Berlin, le 23 septembre 2021. AP - Tobias Schwarz

À trois jours du scrutin, un débat télévisé réunissait, jeudi 23 septembre au soir, sur les deux chaînes publiques allemandes, les responsables des sept partis représentés au Parlement sortant. Les derniers sondages donnent le SPD, emmené par le ministre des Finances Olaf Scholz, toujours en tête, mais suivi de près par les chrétiens-démocrates et leur candidat Armin Laschet.

Publicité

Après trois débats qui ont opposé les seuls candidats à la chancellerie, le cercle s’est élargi et des sujets nouveaux ont été mis sur la table, rapporte notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut. Parmi eux, le logement et les tensions sur le marché immobilier, une question qui préoccupe beaucoup d’Allemands. Sans surprise, tous veulent construire plus.

La politique étrangère, grande absente des autres débats, a, elle aussi, été abordée. Les deux chanceliers possibles, Armin Laschet et Olaf Scholz, ont des positions très proches sur l’Europe. Les critiques du parti Die Linke contre l’Otan et les interventions extérieures ont montré une fois de plus les difficultés d’une alliance des trois formations de gauche, à nouveau dénoncée par le candidat conservateur Laschet.

À lire aussi : Allemagne: les militants écologistes espèrent une coalition avec le SPD

Scholz flou sur ses futures alliances

Son adversaire, le social-démocrate Olaf Scholz, a de nouveau préféré rester flou sur ses futures alliances et plaidé pour sa chapelle. « Ceux qui veulent que je dirige le prochain gouvernement devraient voter pour le SPD. » 

La candidate verte Annalena Baerbock, quant à elle, a logiquement mis en avant la rupture qu’elle veut incarner en se présentant comme celle qui veut un profond changement dans la lutte contre le réchauffement climatique : « Encore 17 années de plus pour l’électricité produite avec du charbon ne vont pas rapprocher l’Allemagne de la neutralité climatique et assurer l'avenir de nos enfants et petits-enfants. »

► À écouter : L’écologie aux manettes?

« Coalition jamaïcaine »

Le coude-à-coude entre conservateurs et sociaux-démocrates dans les sondages donnent un poids important au parti libéral FDP qui peut être le faiseur de roi. Son président, Christian Lindner, a réitéré ses préférences pour une alliance avec la CDU et les Verts. « Les convergences les plus importantes résident dans une coalition jamaïcaine » – le drapeau de cet État insulaire des Caraïbes a les mêmes couleurs que les trois partis.

Mais les libéraux pourraient aussi servir de force d’appoint au SPD et aux Verts. Le scrutin est plus ouvert que jamais.

► À écouter : Les défis qui attendent le successeur d’Angela Merkel

Législatives en Allemagne: la posture combative d'Annalena Baerbock (Verts) malgré les sondages défavorables

Avec notre envoyé spécial à Potsdam, Julien Méchaussie

C’est la dernière ligne droite des élections législatives en Allemagne. Il ne reste plus que 48 heures aux candidats pour convaincre avant le scrutin qui va déterminer le nom du prochain, ou de la prochaine chancelière. Ce jeudi 23 septembre, Annalena Baerbock, la candidate des Verts, tenait son avant-dernier meeting à Potsdam, en banlieue de Berlin.

Il ne fallait pas arriver en retard sur la place de l’ancien marché. Annalena Baerbock joue à domicile. Députée sortante de la circonscription, elle prend tout de suite la parole : « Toutes nos forces pour la protection du climat. » Une posture combative pour la dernière ligne droite, à l’image de Leonie, membre des jeunes du parti : « Nous sommes à plus de 16% dans les sondages, nous allons donc au minimum doubler notre score d’il y a 4 ans, c’est énorme. Même si cela ne suffira sûrement pas, je me battrai jusqu’au bout pour voir Annalena à la chancellerie. »

« Imposer notre politique »

Si l’ambiance est bonne, les ambitions du printemps ont été revues à la baisse. Les Verts visent désormais une coalition avec les sociaux-démocrates. « Le SPD ne va pas encore assez loin en matière de protection du climat, souligne Carolin Herrmann, présidente de la section locale des Verts. Nous avons donc besoin du score le plus haut possible afin de peser dans une éventuelle coalition pour que nous puissions imposer notre politique. » 

Pas le temps de s’attarder pour les questions du public. Annalena Baerbock s’excuse : le dernier grand débat télévisé l’attend déjà.

Écouter Franziska Keller, co-présidente du groupe parlementaire des Verts au parlement européen

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Suivez toute l'actualité internationale en téléchargeant l'application RFI